Que vaut le Parti Socialiste ?…Ousmane Tanor Dieng : l’éternel perdant

En douze ans de règne, les libéraux ont démontré aussi facilement les quarante ans de somnolence des socialistes à la tête de ce pays. Quarante bonnes années où le Sénégal se logeait dans le registre des pays les plus pauvres de la planète.
Malgré les échecs électoraux successifs, et les maladresses politiques, les socialistes se recroquevillent la mort dans l’âme dans cette carcasse destinée à la casse à défaut au recyclage.
Ousmane Tanor Dieng doit quitter le navire vert, le capitaine a cumulé trop de déconfitures électorales, puis déboussolé par les atours du pouvoir à l’instar de ses éternels rivaux ex-socialistes : Moustapha Niass mu en progressiste et Dijbo leyti Kâ incarnant le renouveau.
Le secrétaire générale Ousmane Tanor Dieng n’a aucune crédibilité pour mener ce parti à la conquête d’un bourg, à fortiori à la tête de ce pays.
Que vaut le parti socialiste ?
Le débat idéologique à l’interne et qui devrait sortir ce parti des postures individualistes et matérialistes est étouffé par un triumvir (Khalifa Sall-Aminata Mbengue Ndiaye-Abdoulaye Wilane) Ils sont au garde-à -vous d’un homme qui n’a que faire de cet appareil politique un instrument voué à l’échec.
Pourquoi au nom de la liberté d’expression le jeune Malick Noél Seck est exclu du parti ?
Par ce que le parti ne s’identifie pas à lui, parce que ce qu’il n’est pas l’argentier du parti
Par ce que c’est Malick Noél Séck, le réformiste
Pourquoi quand Tanor Dieng apportait son soutien à Laurent Gbagbo qui avait confisqué la victoire d’AlassaneOuattara avec les conséquences dommageables que tout le monde constataient péniblement, les grands gueules du parti se taisaient
Par ce que c’est Ousmane Tanor Dieng, l’éternel perdant,
L’histoire politique nous conduit à apprendre sur l’homme qu’il fut un secrétaire général imposé pendant ce fameux « congrès sans débat ».Cette illégitimité fait de lui : un éternel perdant car ne jouissant aucune crédibilité ni aucune légitimité auprès de ceux ou celles qui ont eus à faire les beaux jours de ce parti.
Le salut du parti socialiste n’adviendrait qu’après avoir envisagé le départ de O.T.D et allé vers des primaires transparentes et démocratiques où le meilleur ou la meilleure sera désigné (e) par les militants.
En trois de présence dans le gouvernement, le parti socialiste au travers Serigne Mbaye Thiam et Aminata Mbengue Ndiaye respectivement ministre de l’éducation nationale et ministre de l’élevage ne pourront que défendre logiquement le bilan de Macky sall au terme du quinquennat à défaut de s’enterrer politiquement aux yeux des sénégalais.
Par conséquent aux militants et sympathisants du parti socialiste : « Ne faites pas du Tanor sans Tanor ».
Opter pour Aissaita Tall Sall.
Khadimly@live.fr