Que cachent les menaces de Frank Timis ? De quoi a-t-il peur ?

Timis, rendez au Sénégal ses 30 % !

Cher monsieur, lundi dernier, les patriotes sénégalais ont interpellé le président Macky Sall sur deux questions concernant vos contrats avec notre pays. A ce jour, il observe un silence aussi coupable qu’ inquiétant. Grande fut alors ma surprise de vous voir occuper les colonnes de la presse dakaroise de ce vendredi, comme pour répondre à sa place. Elles doivent être bien particulières les relations qui ont présidé à cette étonnante substitution. Seriez-vous le nouveau porte-parole du président sénégalais ?

J’imagine cependant que l’annonce d’une plainte contre vous-même et «X », entre autres, pourrait être l’une des raisons de votre intrusion précipitée dans le débat sénégalais. Là, je comprends que le « gusher » bondisse dès qu’il entend le mot « plainte ». En effet, en ce moment, dans votre pays, la Roumanie, la structure chargée de la lutte contre le crime organisé mène une enquête à la suite des « Panama papers ». Vous êtes concerné par cette enquête. (Libération, cité par dakaractu.com consulté ce 07/10/2016)

Alors, une nouvelle plainte venant du Sénégal ? Malvenue, n’est-ce pas ? Vite, sortir les gros moyens pour l’étouffer dans l’œuf ! Et espérer éviter le sort de votre compatriote et partenaire d’affaires Ovidiu Tender qui croupit en prison pour 12 longues années à la suite d’une enquête de cette même justice roumaine. Heureux quand même ce Tender, détenu détenteur des deux derniers puits de pétrole du Sénégal !

Puisque vous vous improvisez porte-parole du président Sall, il importe d’examiner vos éléments de réponse sur les deux questions qui lui sont posées.

Question 1 : « Que fait la famille du président Macky Sall et en particulier son frère Aliou Sall dans cette affaire ? »

Je vous remercie d’avoir confirmé les propos des patriotes qui dénoncent l’accaparement familial de nos ressources pétrolières et gazières. Les répondeurs automatiques payés pour blanchir « M. Frère », vous les avez définitivement désactivés en confirmant que, je vous cite, « Aliou Sall est employé de Timis Corp. Il a un salaire qu’il perçoit mensuellement ». Cette information officielle confirme la pertinence de la question posée : il est bien dedans. Que fait-il là-dedans ? Vous n’avez peut-être pas toute la réponse. C’est pourquoi les Sénégalais exigent une explication de Macky Sall.

Vous êtes très peu crédible quand vous niez que Aliou Sall soit actionnaire de Timis Corp. Qui l’a soutenu ? Personne. Nous savons tous qu’à la constitution, il détenait 100 % des parts de Petrotim Ltd Sénégal. Pouvez-vous jurer sur la Bible qu’aucun membre de la famille présidentielle  n’est actionnaire de Timis Corp, même par prête-nom interposé ?

Question 2 : « Est-ce le gouvernement a défendu au mieux les intérêts du peuple sénégalais ? »

A cette question qui ne vous concerne que de façon collatérale, vous répondez abondamment et par l’affirmative. Pourquoi donc vous constituez-vous en avocat-défenseur ? Il est quand même bizarre que vous vous donniez tant de peine pour nous convaincre que « Macky Sall (serait) intraitable sur les intérêts du pays ». Intraitable, dites-vous ?

A-t-il été intraitable, le 23 mai 2012, quand vous avez nommé son frère comme votre mandataire, au moment où vous cherchiez à obtenir la signature des décrets vous attribuant les puits de Saint-Louis et Kayar ?

A-t-il été intraitable quand, trois semaines après cette nomination, il a enfin signé les décrets tant attendus ?

A-t-il été intraitable, en août 2013, devant le constat de votre incapacité à respecter dans les délais impartis vos engagements d’investissement de 150 milliards Cfa ? Il faut croire que non puisqu’il s’est empressé de signer deux nouveaux décrets prorogeant les délais qui vous avaient été fixés.

A-t-il été intraitable, enfin, en juillet 2014, quand il a renoncé à exercer le droit de préemption du Sénégal, vous permettant ainsi de contracter avec Cosmos Energy ? Cette abstention suicidaire pour notre pays  vous a permis de détenir 30% du gaz découvert chez nous, part que nos experts ont évaluée à plus de 600 milliards Cfa.

Je suis au regret d’ajouter que je ne vous crois pas quand vous niez que votre transaction avec Cosmos ait donné lieu à un versement de cash de 200 milliards Cfa, information que la presse spécialisée avait donnée en son temps.

Je comprends parfaitement que votre plaidoirie en défense de notre chef d’Etat ne soit pas totalement désintéressée. En chassant le coq comme on dit plaisamment ici, vous cherchez aussi à vous protéger de tout soupçon d’enrichissement sans cause. Tenez ! Je retrouve là l’accusation qui avait amené vos partenaires de  African Minerals à chercher à vous débarquer de votre fauteuil de Pdg. (financialafrik.com, 23/10/2014)

Personne ne pourra contester la synthèse que je dresse de votre interview : « je n’ai pas investi, j’ai recruté le frère du président, j’ai obtenu 30% du gaz sénégalais ».

Permettez-moi alors de conclure par une suggestion gratuite. Essayez d’améliorer votre communication en réfrénant votre enthousiasme qui me semble un peu trop volubile. Un tel effort vous aurait évité de nous promettre (encore !) 15 000 milliards Cfa d’investissements dans les prochaines années. Une déclaration qui, je l’espère, ne vous attirera pas un jour les foudres de la Financial Service Authority de Londres, avec à la clé une amende de 500 millions Cfa, comme ce fut le cas en 2006 à la suite d’une annonce tout aussi pompeuse et inexacte concernant un projet pétrolier en Grèce.

Surnommé « empereur des mines de l’Afrique de l’ouest », je trouve normal que, dans votre interview,  vous réclamiez des Sénégalais l’édification d’une statue à votre effigie. Une statue style Ceausescu sûrement.

Dans l’attente de ces baroques festivités, je prie Sa Majesté Impériale de daigner agréer l’expression de la ferme détermination des patriotes sénégalais à poursuivre et gagner leur combat pour obtenir de Macky Sall des réponses claires aux deux questions, ainsi que les mesures correctrices devant permettre au peuple sénégalais de récupérer légitimement ses 30%.

Mamadou Bamba NDIAYE

Ancien député, Secrétaire général du Mps/Selal