Pressions sur Wade pour le dégager de la tête du PDS…Aïda Mbodj et Diagne Fada leaders des frondeurs

Des signataires d’un mémorandum s’autorisent le parricide. Plusieurs cadres libéraux, dont Aïda Mbodj et Modou Diagne Fada, veulent la tenue d’un congrès le 8 août prochain comme retenu par Wade à l’occasion de ses vœux du Nouvel An avant de la reconsidérer au moment du choix du candidat libéral porté sur Karim Wade.
La présidente du conseil départemental de Bambey, Aïda Mbodji, n’entend pas se laisser faire. Il n’est pas question qu’elle soit reléguée au second plan au sein du Parti démocratique sénégalais. “Contrairement aux autres qui préfèrent partir, nous nous préférons mener notre combat à l’intérieur du parti. On a toujours dit que le parti est dans la léthargie depuis 3 ans.
Macky Sall est très clair dans sa démarche. Il a planifié la déstabilisation du Parti démocratique sénégalais. Il y a des gens qui sont légitimes, comme Diagne Fada et moi, qui devons joueur les premiers rôles. Nous avons gagné dans nos départements et nos communes et nous sommes deux dans ce parti”, dit-elle, en marge de leur conférence de presse tenu, hier.
C’est pourquoi, dit-elle, “dans le mémorandum, il n’est pas question que les deux seuls légitimes au plan de la représentativité puissent jouer les seconds rôles, alors que d’aucuns, moins légitimes, veulent nous mettre à l’écart. Cela, nous ne pouvons pas l’accepter”.

1 Comment

  1. Peut etre que Lamine Thiam n’a pas gagne a Kebemer et meme le departement gagne n’est pas l’oeuvre de c’è Fada. ….

Les commentaires sont fermés.