Plainte contre Wilane…Il sort un pistolet devant un jeune journaliste stagiaire

Le porte-parole du Parti socialiste (Ps) Abdoulaye Wilane apprendra bientôt à ses dépens que certaines règles fondamentales sont à observer avant de pointer une arme sur un individu, à plus forte raison lorsque celui-ci ne met nullement sa vie en danger. Car, le journaliste de la radio RFM, El Hadj Omar Ndiaye, sur qui Abdoulaye Wilane a pointé un pistolet samedi dernier à la suite d’une altercation verbale, a décidé de porter plainte contre le porteparole du Ps. Et même si le Groupe Futurs médias où El Hadj Omar Ndiaye est journaliste stagiaire a décidé de ne pas porter plainte, le jeune reporter a décidé de ne rien lâcher après s’être extrait de la ligne de mire d’Abdoulaye Wilane grâce aux témoins qui se sont interposés entre eux lors de l’incident. Le Groupe Futurs médias va se constituer dans cette affaire ‘’partie civile’’. Youssou Ndour va donc mettre les moyens à la disposition du journaliste et de sa famille pour faire face aux frais d’avocats.
La précédente affaire, qui a concerné Mane Touré, est encore toute fraîche dans les mémoires lorsque la journaliste a été agressée et molestée par des militants déchaînés du Parti démocratique
sénégalais (Pds) peu après la condamnation de Karim Wade en prison pour le délit d’enrichissement illicite. Youssou Ndour en personne était monté au créneau pour calmer la tempête. Mais aujourd’hui, ils sont nombreux au Groupe Futurs Médias et dans la presse tout court, à se demander si ce n’est pas justement ce genre de comportements qui encourage la violence contre les journalistes. Il faut cependant savoir que dans l’affaire Kambel Dieng, le groupe est allé très loin dans le bras de fer contre le régime, faisant même comparaître des policiers. Pour rappel, Abdoulaye Wilane, maire de Kaffrine, a pointé samedi dernier son arme sur le journaliste El Hadj Omar Ndiaye dont le seul tort serait d’avoir sollicité une interview au responsable politique qui accuse, pour sa part, le reporter d’avoir tenu des propos insultants à son égard. Ce sont des militants sur place qui se sont interposés entre les deux hommes, désarmant dans un premier temps Wilane, évitant ainsi au parti socialiste une situation qui aurait pu être très fâcheuse. Wilane a ensuite exprimé ses regrets et présenté des excuses à l’ensemble de la presse, à ses camarades de parti et à tous ses proches, pour son comportement inacceptable. Affaire à suivre…