Me Aïssata Tall Sall a-t-elle renoncé à ses ambitions pour Khalifa ?

0
424

Elle n’a jamais voulu en parler promettant de se prononcer le moment venu, mais Me Aïssata Tall Sall était partie pour être un sérieux challenger d’Ousmane Tanor Dieng au Parti socialiste. D’ailleurs, elle s’était présentée contre lui lors du dernier congrès des Verts avant d’être battue par le maire de Nguéniène. Mais, depuis que Khalifa Sall a commencé à avoir des problèmes avec le pouvoir après les élections locales, elle semble avoir mis ses ambitions en stand by.

En effet, les problèmes du maire de Dakar ont débuté lorsque les populations dakaroises ont commencé à louer, en 2013, le magnifique travail qu’a opéré la mairie de Dakar avec les pavages, les feux de signalisations, etc. Ensuite, il y a eu les blocages avec l’emprunt obligataire émis par la ville de Dakar en 2014. Puis, sont venues les Locales avec la victoire écrasante du mouvement And Dolel Khalifa Sall devant le Premier ministre d’alors Aminata Touré à Grand Yoff, son fief. C’est en 2015 qu’entre en scène le ministre de la Gouvernance locales, Abdoulaye Diouf Sarr, avec l’Acte 3 de la Décentralisation, qui lui a retiré la gestion des ordures. Après, ce fut des bisbilles avec le ministre de l’Habitat, du Renouveau urbain et du Cadre de vie, Diène Farba Sarr, pour la rénovation de la Place de l’Indépendance. En 2016, le bureau politique du Parti socialiste, où les Verts devaient décider s’ils allaient voter Oui ou Non au référendum, a été perturbé, Tanor séquestré et des leaders du parti malmenés. Par la suite, Khalifa Sall a appelé à voter Non au référendum avant que le Oui ne l’emporte. Mais voilà qu’en 2017, il finit par tomber avec l’affaire de la caisse d’avance de sa municipalité.

A chaque fois que Khalifa Sall avait des problèmes, Me Aïssata Tall Sall était présente pour le soutenir. Du coup, elle n’a pas vraiment eu le temps de s’affirmer et de décliner ses ambitions. D’ailleurs, il se susurrait même qu’elle comptait se présenter à la Présidentielle. Un rêve qui semble hypothéqué tant que l’édile de la capitale se trouvera empêtré dans des déboires judiciaires. Une alliance ferait peut-être l’affaire afin de constituer un bloc solide capable de faire face au pouvoir ?

Laisser un commentaire