Où va Macky avec son âne « Mbaam PSE » ? Il cherche du mil pour ses transhumants et ses presses du Palais

 » Le problème ce n’est pas l’équipage, mais c’est le commandant de bord « … Il a mis Makhtar Cissé à la direction de la Senelec, j’espère qu’il arrivera à régler le problème de l’électricité. S’il n’y arrive pas Macky Sall mettra quelqu’un d’autre. Il a déjà mis 5 directeurs de cabinet, 3 Premiers ministres, trois ministres de l’Economie et des Finances, 3 ministres de l’Intérieur, 3 ministres de l’Energie et 3 ministres du Budget» avait déclaré hier Mamadou Diop Decroix
Ces propos de  » l’ami  » de Savané suffisent largement pour décrire les limites et les carences du Président Macky Sall à diriger le Sénégal.
Dans un pays ou la liberté politique est absente c’est la peur et la méfiance qui s’emparent du pouvoir et c’est ce qui se passe au Sénégal. Le pouvoir de Macky Sall a peur et utilise la répression sur le peuple comme moyen de vaincre cette peur. Les sénégalais soucieux de l’existence réelle de l’État de droit, Macky Sall les méprise.
Si la peur règne dans le camp du pouvoir, la lâcheté a envahi le camp des mouvements contestataires. En réalité il n’y a jamais eu de vrais mouvements contestataires pour lutter contre toutes ses formes d’injustices que le régime de Macky Sall est en train de faire subir à son peuple. Mais juste des gens qui tapaient sur une porte ouverte…Et beaucoup d’entre eux s’épanouissent maintenant dans une harmonie sociale même sans forcément travailler. Le président Macky Sall et ceux qui l’accompagnement dans sa vision politique ont réussi à développer une culture politique basée sur la dépendance. Avec un tel égoïsme, certaines populations risquent de ne pas s’épanouir dans le « Plan Sénégal enterré »

Sidy Niang pour xibaaru.com