Omar Sarr, plan B du PDS grâce à l’APR et son pouvoir aveugle…

L’APR et le pouvoir travaillent pour le parti démocratique sénégalais (PDS). Cela semble bizarre qu’un pouvoir travaille pour un parti de l’opposition mais comme le Sénégal a une démocratie très en avance que celle de beaucoup de pays africains, tout est possible. En effet, les actes se succèdent dans une chronologie cohérente comme si c’était bien calculé. En 2012, Wade père perd le pouvoir et tout le monde pensait c’était fini, son parti ne pouvait plus avoir un candidat solide mais c’était sans compter avec le monstre qu’est la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) qui a aidé à la création d’un leader de renommée internationale en la personne de Karim Wade. Sentant la menace, il sera maintenu en prison sans preuves solides de sa culpabilité. En ce moment aussi, l’opinion voyait la mort du PDS sevré de son candidat. Oh non, le coup de pouce vient encore du pouvoir qui veut vraiment donner à Macky un adversaire coriace. Omar Sarr est aussi mis « injustement » (selon ses souteneurs) en prison. Depuis ce jour-là, le PDS a eu un nouveau souffle. Omar Sarr Dagana a gagné et est sorti victorieux de cette épreuve même s’il a perdu un peu ses habitudes vestimentaires. Il est de facto devenu le plan B naturel du PDS. C’est la loi de la prison. L’APR aura compris trop tard qu’en s’acharnant sur le secrétaire général adjoint du PDS sur tous les plateaux de télé et de radios, c’est une façon de lui donner un statut de leader. Cela a permis aussi à Omar Sarr de mesurer et d’accroître sa popularité au niveau de sa base politique, important pour un leader. Et finalement le parti démocratique sénégalais ne manque pas de candidat
L.BADIANE pour Xibaaru.com

1 Comment

  1. TRÈS BELLE ANALYSE.
    C’EST PARADOXAL, MAIS LA PRISON FABRIQUE DES PRESIDENTIABLES

Les commentaires sont fermés.