Occupation anarchique à Hann Bel Air : Comment la DSCOS a organisé « en secret » la destruction des maisons

Les voyous à col blanc, propriétaires de maisons, d’immeubles, de parkings, d’entrepôts et de bâtiments en construction dans la Commune de Hann Bel Air et des Maristes ont eu la surprise de leur vie!!!
Hier matin, ces prédateurs de terrains ont été réveillés par le bruit de bulldozers et de plusieurs camions de la Dscos sur cette bande de l’autoroute qui fait face aux HLM Patte d’oie. D’une superficie de 3 hectares, cette zone a fait l’objet d’une occupation anarchique depuis quelques années.
Le quartier des Maristes sis sur le long de l’autoroute à péage a reçu la visite inattendue des éléments de la direction de surveillance du contrôle et de l’occupation des sols (DSCOS). Des centaines de constructions illégales ont été rasées dans cette partie de la commune de Hann Bel Air.
Le commandant Pape Saboury Ndiaye, Chef d’Escadron et directeur de la Dscos, avec ses éléments ont mené cette opération de grande envergure. Rien n’a été laissé au hasard.
Tôt le matin, le quartier a été bouclé. Les entrées et les sorties ont été filtrées. Seuls les riverains ont été admis. Seul, maître à bord, le chef d’escadron, avec sa baguette magique a suivi pas à pas les opérations.
Les populations sont venues par groupe éparse pour assister a l’événement de ce début de mois.  » C’est un bon  » ndeweunal  » pour ces prédateurs », lance un riverain, désolé de la tournure des événements.
Les commentaires vont bon train. Chacun essaie d’épiloguer sur ce dossier, qui tout au début, a été classé top secret pour éviter des fuites. Mais hélas, les autorités municipales veillaient au grain. Les délégués de quartiers n’ont pas manqué d’alerter les autorités au plus haut sommet.
Il a fallu l’arrivée à la tête de la Dscos, d’un militaire pour que l’affaire soit dénouée. De fil en aiguille, une enquête approfondie a été menée et les résultats ont conclu à une occupation anarchique et irrégulière de 3 hectares. Il fallait démolir tout azimuts et le moment opportun a été choisi par les autorités pour rétablir l’ordre.

En réalité « Dieu a tranché « , annonce, hébété un riverain qui regardait la scène.
Du haut de l’immeuble qui abritaient ces bêtes innocentes, de bonnes volontés surprises par les événements s’organisent pour l’aider à sauver des meubles et autres bagages. Le spectacle est désolant.
Au delà de ce capharnaüm, il n’y eu point de riposte. La cause, on l’a connaît…
Ces fameux propriétaires de terres, issus de la jet set dakaroise ou d’autres sphères sociaux plus huppés s’enferment dans un mutisme de peur d’être démasqués.
Alpha Oumar Ba pour xibaaru.com