Matar Ba et Mbagnick Ndiaye accusés de faits graves…La Victime raconte

Un membre du Grand Parti (GP) de Malick Gakou invité d’une radio à Fatick, a eu l’énorme surprise de se faire virer du plateau sans aucun motif…Réclamant des explications, le directeur de la radio lui fait savoir que les ordres viennent d’en haut, d’un ministre APR de la localité…

Voici la mésaventure de Biguine Guèye, membre du Grand Parti racontée par lui-même…Il accuse les ministres Mbagnick Ndiaye et Matar Ba d’être les commanditaires de ce geste anti démocratique…

« Invité ce 4 septembre sur la radio Ndef Leng Fm sise au quartier Ndouck dans la commune de Fatick, j’ai constaté avec surprise et amertume l’interruption de ladite émission dont jetais l’invité 4 minutes seulement après ma prise de parole au tout début. Ayant refusé de sortir du studio l’animateur de l’émission me passe le directeur de la radio qui me révèle qu’une haute autorité de la république et proche de l’APR lui a intimé l’ordre de faire immédiatement arrêter l’émission. C’est ainsi que j’ai accepté de quitter les lieux non sans leur faire remarquer que le dimanche d’avant c’est un jeune responsable du parti au pouvoir qui a été invité et s’est fait le malin plaisir de parler de tout et surtout de politique jusqu’à la fin de l’émission .Étant du grand parti et citoyens de la commune j’ai été invité six jours avant et il a fallu que je sois dans le studio en train de répondre à la première question du journaliste qu’ ils fassent couper les micros pour dire aux auditeurs que pour des problèmes techniques la diffusion devait être interrompue. Je conteste aussi l’argument selon lequel une radio communautaire ne fait pas de plateaux politiques alors que celle-ci en déroule pour les gens du pouvoir. J’accuse dans la même veine les ministres Mbagnick Ndiaye et Matar Ba ainsi que tous ces responsables aperistes allergiques à la critique et incapables d’apporter des réponses profitables aux dures conditions de vie et d’existence des Fatickois : Chômage des jeunes, insalubrité avec la devanture de la villa du Président de la république aujourd’hui inondée comme du reste pas mal de quartiers de la ville, insécurité à cause d’un manque d’éclairage publique…entre autres difficultés. Vous refusez aux opposants de s’exprimer mais pire encore vous refusez à tout citoyen attaché aux valeurs de vous interpeller quant à une nouvelle façon de faire la politique puisque ceux-ci sont totalement à faux contre vos pratiques désuètes et féodales. »