Massata Diack et son frère Khalil doivent parler…Au nom du père…Comme Poutine l’a fait au nom de la Russie

Inadmissible ce qui se passe au sein de la famille Diack…On lynche leur père à travers toutes les presses des cinq continents, et tout le monde se tait.
Que personne ne veuille parler, c’est leur problème ! Mais laisser Lamine Diack, un homme qui a servi toute sa vie durant, le Sénégal et l’Afrique, se faire écraser comme un petit voyou, sans dire un seul petit mot, cela relève du manque de reconnaissance envers ce grand homme.
Et c’est encore plus aberrant qu’on entende ni Massata, ni Khalil (ses enfants), encore moins le conseiller juridique Habib Cissé. Ils sont tous dans leurs maisons à Dakar et abandonnent le vieux Lamine qui est bloqué à Paris chez un autre de ses fils et interdit de sortie du territoire français à cause de cette histoire.
Il faut rappeler à ces personnes que le président Russe a fait une sortie pour défendre son pays. Et Vladmir Poutine, fidèle à son franc-parler a asséné avec les termes suivants hier mercredi à 21h 15 lors d’une réunion avec des responsables sportifs. : « La Russie, accusée de « dopage organisé », doit tout faire pour éradiquer le dopage…Nous devons tout faire en Russie pour se débarrasser de ce problème…Il faut effectuer sa propre enquête interne. Ce problème n’existe pas qu’en Russie, mais si nos collègues étrangers ont des questions, il faut y répondre pour qu’ils n’en aient plus…Les sanctions pour le dopage doivent être « individuelles » et non pas collectives…Si quelqu’un viole les règles en vigueur dans le domaine antidopage, la responsabilité doit être individuelle…Les athlètes qui n’ont jamais touché au dopage, ne doivent pas pâtir pour ceux qui enfreignent quelque chose ».
Au moins le président Russe a donné son point de vue.
Mais où est Massata Diack ? Et où est Khalil Diack ? Le premier a été accusé d’avoir remboursé des millions que lui aurait remis la marathonienne Lilia Shobukhova à travers la société Black Tidings qui serait logée à Singapour (on connait la CREI et Singapour).  Khalil Diack aurait participé à l’extorsion de fonds en novembre 2012, à l’athlète turque Asli Alptekin, championne olympique du 1 500 mètres à Londres. Mais aussi, les journaux français ont ressorti une info qui date décembre 2014 quand des journaux britanniques ont accusé Massata d’avoir demandé 5 millions de dollars au Qatar dans le cadre de l’organisation des championnats du monde par l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (Iaaf) en 2007.
Ça fait trop d’accusations ! Et ils doivent parler pour dire ce qui s’est passé sinon toutes les presses du monde vont accuser Lamine Diack d’être le cerveau d’une bande organisée.
Massata doit parler au nom du père…Khalil doit parler au nom père…Parlez messieurs ! Ce sera le meilleur cadeau fait à un sénégalais de 82 ans qui a mis 60 ans de sa vie au service du Sénégal, de l’Afrique et de l’athlétisme mondial…
Doudou Andy NGOM pour xibaaru.com