Marème Faye Sall…Une première Dame qui comble les insuffisances de son époux…

MAREME FAYE SALL,  MILITANTE DE LA SOLIDARITE AGISSANTE

A M. Alioune Badara FALL

Cher Monsieur FALL, Je comprends votre colère. Elle est légitime. Je comprends votre frustration. Et votre cri de cœur a la sincérité de l’homme frustré et qui se sent impuissant devant le sort de ses compatriotes, et dont la fierté écorchée vive prend pour affront tout geste de compassion et toute manifestation de solidarité qui ressembleraient à son avis, à de l’aumône, ou qu’il prendrait  comme un pied de nez qu’on lui fait.

Les toilettes, parlons-en. Pour ceux qui habitent dans une promiscuité gênante, chaque jour qui passe est une  humiliation subie au contact de toilettes impraticables fréquentées par toute la famille sans exclusive. Les toilettes praticables rendent à la famille sa dignité, à commencer par les parents qui les partagent avec leurs progéniture, dans des conditions qui les marquent  car elles engendrent une gêne qui crée même un reflexe de constipation, surtout si on doit y entrer après eux, dans des conditions de salubrité  épouvantables.

Le gouvernement est l’interlocuteur des populations, sur toutes les questions que vous avez soulevées, et que vous jetez à la figure de Maréme Faye Sall comme si elle en était responsable. Ne faites donc pas un procès par procuration !

Maréme Faye Sall  est dans son rôle. Oui, un geste de solidarité, un regard de compassion ennoblit et compte souvent plus que l’acte lui même, et vous savez, dans le monde où nous vivons, il est important que l’espoir vive en nous comme une citadelle. Les actes de la première dame en sont un pilier, assurément.

Son action suscite l’espoir en effet, et conforte tous nos concitoyens dont l’indigence n’est plus à démontrer que quelqu’un ne les a pas oubliés, et qu’il est possible, oui, bien  possible que Dieu vers qui ils tendent les mains et se battent pour ne pas les joindre vers l’homme peut accéder à leurs prières, et guider vers eux une âme charitable qui mettrait un brin de lumière dans leurs vies si dures qu’ils  en oublient de regarder le ciel.

Maréme Faye Sall est à encourager, car dans ce contexte morose où le sentiment que nous partageons tous, vous et moi, est un émoi profond tellement l’Etat semble incapable de régler le problème des sénégalais, ses actions contribuent à donner le signe d’une visibilité quasi institutionnelle que nous aurions attendue d’un Macky inaccessible, ou de ses ministres qui fuient les gens pour ne pas lire dans leurs yeux  leur ressentiment profond à leur encontre.

Votre cri de cœur, M. FALL  est celui d’une frange très importante de la population. Nous n’avons eu de cesse de dénoncer l’incompétence du régime mackyen, qui rend chaque jour plus impopulaire encore Macky.

Dans ce contexte où il peine à raviver l’adhésion populaire qu’il avait suscitée, il va sans dire que nous autres sénégalais avons besoin de voir briller au fond de nous une lueur d’espoir, la conviction qu’il y a encore des gens de bien qui songent à leurs prochains et dont les actes nous confortent que quelque part, ceux qui semblent extrêmement privilégiés partagent nos préoccupations  qui auraient pu leur sembler banales, et connaissent nos dures réalités.

Maréme Faye Sall est l’une de ces personnes. Regardons-la avec l’œil de ces populations nécessiteuses, émerveillées de sa visite inopinée, habillée de sa simplicité et jugeons son action avec le sentiment de ces personnes dont ses actes éclairent leur vie.

Ne lui faisons pas porter la responsabilité de nos frustrations aux antipodes des préoccupations de ces populations au nom desquelles nous prétendons parler.

Elle est dans son rôle : représenter la solidarité sénégalaise, et voler au secours des  compatriotes sénégalais frappés par le sort, au point de se croire oubliés de tous, mais dignes dans l’épreuve, et courageux dans leur combat pour leur survie au quotidien.

Encourageons-la à faire plus et mieux. Plus loin encore, que la banlieue dakaroise !

C’est par des actions comme cela, que nous arriverons à édifier « une société ayant pour base la fraternité, et le progrès pour cime », M. FALL.

 

Cissé Kane NDAO

Président A.DE.R