Macky préfère le PDS au Benno Book Yaakar…Me Wade seul maître du jeu politique

Macky en panne dans les opinions, retourne voir son ancien maitre, le président Abdoulaye Wade.

75% des sénégalais ont rejetés le projet de réforme de la constitution voté en mars dernier. Ce qui signifie littéralement que l’actuel président sénégalais Macky Sall est rejeté après quatre années de règne. Les sénégalais qui rejettent sa vision politique, sont nettement en hausse dans les opinions.

Macky Sall n’est plus le maître du jeu et c’est pourquoi il se rapproche de plus en plus de son ancien maître le président Abdoulaye Wade au détriment de ses alliés de Benno Bokk Yaakar dont les principaux ténors sont Moustapha Niasse de l’AFP et Ousmane Tanor Dieng du PS. D’ailleurs si on évalue le bilan politique des quatre années passées avec Benno Bokk aakar, on pourrait facilement en déduire que Macky Sall n’a jamais été maître du jeu mais qu’il a été utilisé comme un président qui se met au service de ses alliés au détriment d’une opposition juste qui s’oppose à sa politique.

Si aujourd’hui, Macky décide de se rapprocher de son maître Wade, c’est pour sauver encore les quelques meubles qui restent de son magistère. Mais cette fois, il faut que les choses soient claires…Le maître du jeu c’est le secrétaire général du Pds Me Abdoulaye Wade. Il ne faut pas que les sénégalais se trompent sur ce qui a poussé Macky Sall au dialogue avec l’opposition. Macky n’avait plus rien à offrir comme alternative  politique après les résultats obtenus au référendum et que ça plaise ou n’en déplaise à ses alliés Niasse et Tanor. Et l’opposition ne pouvait laisser une si belle occasion pour mieux exprimer tous les maux qui freinent le fonctionnement des institutions ainsi que le recul de la démocratie dans la participation au développement du Sénégal. Et l’allocution du secrétaire adjoint du Pds Oumar Sarr, a été d’une haute intelligence sur le sujet. Il faut juste regretter l’appréciation faite par le patron du Rewmi. Idrissa Seck est influent sur l’espace politique sénégalaise et dans une démocratie qui se respecte, le débat politique doit être large. Dans un dialogue les appréciations et les interprétations sont diverses mais l’intérêt du développement du Sénégal doit être le but final…Tout autre objectif est voué à l’échec. Le Pds reste un parti ouvert au dialogue mais le maître du jeu reste le président Abdoulaye Wade.

Jon Birahim PDS France