Macky perd devant l’ONU…Ses avocats agonisent…Le Sénégal Sali à l’extérieur

C’est officiel ! Le groupe de travail des Nations Unies qui statue à Genève sur la détention arbitraire de Karim Wade ne reviendra pas sur sa décision et a rejeté la révision introduite par les avocats de l’Etat du Sénégal.
Rappel des faits
Dans un avis adopté lors de sa 72ème session, du 20 au 29 avril, le Groupe de travail sur la détention arbitraire, un organisme placé sous la tutelle du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, a estimé « arbitraire » la privation de liberté dont fait l’objet Karim Wade, détenu à Dakar depuis avril 2013 pour enrichissement illicite. En conséquence, l’instance onusienne a demandé au Gouvernement de la République du Sénégal de prendre les mesures nécessaires pour remédier au préjudice subi, en prévoyant une réparation intégrale » au bénéfice de l’ancien ministre d’Etat, Karim Wade
Dans un document de neuf pages, le Groupe de travail avait listé les manquements dénoncés depuis 2012 par la défense de Karim Wade, mais aussi par les principales organisations sénégalaises de défense des droits de l’homme.
Demande de révision
Dans sa réunion préliminaire en marge de la 30ème session du conseil des droits de l’homme qui se tiendra à Genève du 14 septembre au 02 octobre, le groupe de travail a reçu les avocats du Sénégal le mardi 1er septembre et les défenseurs de Karim Wade le mercredi 02 septembre.
Les avocats de Karim ont été reçus par le groupe de travail et ont observé l’obligation de réserve sur tout ce qui s’est dit entre eux et le groupe de travail. Ils sont d’ailleurs muets jusqu’à ce jour.
Mais les avocats de l’état du Sénégal ont organisé, après leur rencontre avec le groupe de travail, deux conférences de presse en l’espace d’une semaine…Pour dire que : « le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a eu un parti pris en faveur de l’ancien ministre Karim Wade ».
Mais pourquoi les avocats se cassent la tête pour vouloir faire comprendre au Sénégalais que le groupe de travail est favorable à Karim Wade ?
C’est parce qu’ils sont perdu au niveau du groupe de travail qui a rejeté leur demande de révision.
Et xibaaru vous donne un scoop que même les avocats n’ont pas…Et c’est un doc sur la CREI et les tribunaux d’exception…Lisez ça et vous comprendrez …

macky onu 3
Xibaaru détient l’intégralité du document qui met en cause la CREI…Macky a perdu et ses avocats agonisent…
Penda Sow pour xibaaru.com

5 Comments

  1. SI MAKY S ENTETE IL RISQUE DE FINIR COM BAGBO A LA COUR INTERNATIONALE.AU LENDEMAIN DE SON ACCESSION A LA TETE DE L ETAT MAKY S EST EVERTUE A COUTE KE COUTE CONFIRMER LES MENSONGES DE L OPPOSITION DE L EPOQUE DES LATIFS COULIBALY MODI NIANG ET CONSORS.ILS INVENTAIENT PARTOUT DES DETOURNEMENTS

  2. CONSTATANT KE WADE REUSSISSAIT A TRANSFORMER LE SNEGAL AVEC DES REALISATIONS VISIBLES L OPPOSITION D ALORS SE METTAIT UTILISER DES MERCENAIRES DU DENIGREMT ET DE CALOMNIE.L ERREUR DU REGIM DE WAD ETAIT DE NEGLIGER LES CAPACITES DE NUISANCE DES MEDIA DE L EPOQUE KI RELEYAIENT LES MENSONGES A LONGUEUR DE JOURNEE

  3. La messe semble être redite. Mais Macky n’en a cure. Son cœur se plait à autre chose.
    A entendre ces gens, toute personne guéri du fanatisme aurait compris qu’ils ne peuvent avoir raison devant aucune juridiction d’humains. Ils ne peuvent avoir raison que devant une juridiction débarrassée de toute humanité et donc de toute justice. Le même Moussa Félix Sow qui disait avoir des preuves de vol de 430 milliards parqués dans les banques arabes, et qui ne veut plus qu’on le lui rappelle, le même qui disait après procès qu’ils détiennent des preuves, c’est le même qui nous dit qu’un « délai de détention n’est pas strict », et que la « durée dépend des éléments qui la conditionnent ». Alors, aucune personne arrêtée et en détention n’a de durée de détention.La durée de vie en prison devient élastique sous le pouvoir des légionnaires. Et ce sont ces gens là qui portent le programme de Macky Sall, dont il faut prouver la juridicité. Et vous continuez de croire que nous vivons dans une république ? Cette haine, même théâtrale, détruira ce pays.
    Et puisque ces gens sont toujours obligés de défendre un mensonge jusqu’à l’extrême impossibilité, pour ensuite l’abandonner pour un autre, retenons que le mensonge de « aucun dossier de Karim n’est examiné à l’ONU » est entré dans l’enclos des mensonges devenus impossibles à défendre. Et du coup, nous comprenons que même nos diplomates sont forcés au mensonge par le pouvoir de Macky. A plus forte raison des avocats.

  4. Il faut s’attendre à un nouvel avis du Groupe de travail du Conseil des droits de l’Homme, qui avait déclaré la détention de Karim Wade arbitraire. L’Etat du Sénégal, à travers ses avocats, a exposé sa version de l’affaire devant cet organe et obtenu la promesse d’une seconde lecture de la plainte de l’ancien ministre d’Etat, condamné à six ans de prison pour enrichissement illicite.

    Les avocats de l’Etat du Sénégal sont rentrés de Genève où ils ont rencontré le Groupe de travail sur la détention arbitraire. Les experts engagés par le Conseil des droits de l’Homme avaient considéré la détention de Karim Wade arbitraire, par conséquent illégale. Ce­pendant, du fait que sa version de faits dans cette affaire d’enrichissement illicite n’avait pas été prise en compte, le gouvernement du Sénégal a tenu à se faire entendre par les membres dudit groupe. Il est apparemment heureux du résultat obtenu.

    Les conseils dépêchés en Suisse pour cette cause ont déclaré hier, lors d’une conférence de presse, que «le groupe de travail a promis de réexaminer le dossier du Sénégal». Ces voix des autorités sénégalaises ont partagé les griefs soulevés à Genève. Selon Me Moussa Félix Sow, cet organe s’est penché sur la détention arbitraire en se focalisant sur la période d’avant juillet 2014. «Or le mandat du groupe autorise à intervenir sous réserve qu’aucune décision de justice n’est prise. La Com­mission d’instruction de la Crei avait rejeté sa demande provisoire (de Karim Wade. Ndlr). La Crei (Cour de répression de l’enrichissement illicite) en a également fait de même. La Cour de justice de la Cedeao avait rendu une décision pour dire que la détention de Karim a une base légale», a déclaré l’avocat.
    Mieux, lui et ses collègues de la partie civile estiment que, en tant que mandataire du Conseil des droits de l’Homme, «celui-ci ne peut examiner une réclamation que si le plaignant a épuisé toutes les voies de recours». Malgré tout, regrettent-ils, «ces membres ont jugé recevable la plainte de Karim Wade».

    Le cas Sétondji Roland Adjovi
    Quant à l’Etat, le rapport qu’il a servi en guise de réponse avait été considéré irrecevable pour être arrivé après quelques heures de retard. «Le groupe de travail est resté pendant huit mois avant de donner son avis. Pendant tout ce temps, il recevait des informations du plaignant. Le groupe de travail n’a pas accusé réception de la réponse de l’Etat. Ils disaient qu’il était hors délai. Devant les Nations-Unies, il n’y a aucune convention qui applique la computation des délais», a souligné Me Félix Sow.
    D’après Me Yérim Thiam, c’est la première fois qu’un groupe de travail décide de déclarer irrecevable un dossier d’un Etat qui l’a déposé avec quelques heures de retard. «On a vu des Etats qui ont accusé cinq mois de retard.» Les avocats de l’Etat trouvent ainsi suspecte cette «précipitation». Ils légitiment davantage leur suspicion par la participation aux travaux du groupe, de l’expert béninois, Sètondji Roland Adjovi, qui est par ailleurs son vice-président. Pour éviter un conflit d’intérêts, les règles internes interdisent l’implication d’une personne dont le pays est concerné par le dossier à traiter. Dans l’affaire Karim Wade, l’un des présumés complices, Pierre Agboba, est un ressortissant béninois. Il a été relaxé par la Crei.

  5. Ils commencent à se perdre parce que le mensonge à trop durer.
    Ces « avocats » de l’Etat qui étaient tous dans la misère ont étaient choisis et bien sélectionnés car ils étaient dans le besoin mais les wolofs disent: »boula mar taha maane pautite » mais rien à faire, eux ils ont choisi de vendre leur âme au diable Macky.
    « Le mensonge a de courtes pattes » c’est là où se trouve la fausse note car ils ont choisi de mentir pour condamner et éliminer le fils d’un ancien PR et non moins le plus grand résistant des temps modernes pour dire WADE. Dès lors le mensonge ne pouvait être que de courte durée car il y a eu résistance et à chaque fois qu’ils pensaient en avoir fini, une autre brèche s’ouvrent et croyez-moi celle-là a seulement deux issus possibles: ou
    – Mackysard libère Karim et lui donne à genoux les clefs du Palais pour ensuite rendre compte au peuple
    ou
    – Mackysard s’entête à le maintenir en prison et le Sénégal sera mis en quarantaine par les Nations-Unies et en ce moment le peuple va se soulever et le mettre hors du Palais pour ensuite confier ses clefs à Karim Meissa Wade.
    Quel amateur ce « prisident », oublier Dieu dans ses gestes est la plus grosse bêtise qu’un Etre Humain peut commettre et ce « baadoolo » n’a pas un brin de foi. Malgré que Dieu l’ait mis à la tête de ce pays sans fatigue, il ne croit toujours pas en son existence.
    Croire en Dieu n’est pas seulement prier mais c’est tout un ensemble que nous devons démontrer dans nos actes et fait de tous les jours MAIS » Qui ne remercie pas son semblable ne remerciera pas Dieu »..
    Hier, ce sont ces mêmes avocats qui légitimaient la décision de la Cour Suprême quand les avocats de Karim récusaient la présence de l’ancien DC de Mimi Touré pour dire qu’il y avait rien d’anormal, les mêmes nous reviennent pour décrier la même chose ( YALLA NOO HARAGNE !). Peut être le seul a avoir compris que la fête est fini c’est El Hadji Diouf « boo hamatoule foo dieume dagaye delou fagua diogé »
    C’est L’IVRESSE AU SOMMET DE L’ETAT.

Les commentaires sont fermés.