Macky ne gère pas l’eau du Sénégal…Et il protège les gens qui nous imposent des pénuries graves

L’eau que nous buvons au Sénégal nous est distribuée par la SDE (Sénégalaise des eaux)…Et cela dure depuis 1996. Bientôt 20 ans que le Sénégal a confié la gestion de son eau à cette entreprise française issue des flancs du géant Bouygues.
Voici une entreprise, qui pour fonctionner et nous assurer de l’eau continuellement a besoin de notre électricité. Et chaque fois que l’eau ne coule pas dans nos robinets, elle n’est pas coupable, c’est la SENELEC qui est accusée.
Cela dure depuis bientôt 20 ans. Si cette société est tributaire de la SENELEC, autant chercher des Sénégalais qui vont le faire. Mais pourquoi aller chercher en France ce que nous avons au Sénégal.
La SDE est chargée de l’exploitation et de l’entretien des infrastructures et du matériel…Mais ces infrastructures et ces matos appartiennent à la SONES qui est Sénégalaise.
Loin de toute politique politicienne, la SDE affame économiquement le Sénégal. Elle gagne de l’argent mais ne sert à rien. Que gagne-t-on ? Rien que des pénuries d’eau depuis des années.
Mais ce que vous ne savez pas, c’est que la SDE est liquide…Et même trop liquide. Et puisque l’argent est le nerf de la guerre, les politiciens y puisent des ressources pour commettre leur basse besogne. La SDE sert de niche d’emploi aux apéristes. Tant mieux car apériste c’est aussi sénégalais. Mais ce que la SDE fait au-delà, est très grave. L’argent sert souvent à l’achat des consciences. Tous les politiciens et journalistes savent que la SDE a toujours servi le pouvoir en place au détriment des populations…
Et ce que la SDE fait au Sénégal, elle fait aussi la même chose en Côte d’Ivoire où elle est présente avec la Compagnie ivoirienne de production d’électricité (Ciprel), la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE), la Société de distribution d’eau de la Côte d’Ivoire (SODECI) et AWALE. Toute ces sociétés sont des filiales d’Eranove, la maison mère de La SDE qui est liée à l’État du Sénégal par un contrat d’affermage depuis près 20 ans.
Cette société fait la pluie et le beau temps des politiciens au pouvoir et s’adapte à tous les régimes. Maintenant la SDE est « mackyllée » comme Eiffage et Sococim qui sont toutes des entreprises françaises.
Mais il est temps que les populations comprennent que l’eau est source de vie. Et celui qui a mainmise sur l’eau dirige tout. Et aujourd’hui la SDE qui gère notre eau a montré ses limites et ses capacités car elle vit aux dépens de notre société nationale d’électricité.
Et malgré toutes les pénuries, la SDE n’a nullement été inquiétée. Et pourquoi ? demandez à Macky…
Cette société joue sa dernière particule car elle mourra avec Macky son protecteur. Macky n’a jamais sanctionné la SDE avec tous les dégâts qu’elle commet dans la population. Et il sait pourquoi.
Penda Sow pour xibaaru.com

1 Comment

  1. Rappel d’un texte de Mars 2012.
    Par un précédent post, j’avais expliqué comment les français avaient fait pour couler la SOTRAC. J’avais expliqué que l’argent dû aux ex-agents est détenu par leurs propres syndicalistes. Et je concluais que les vrais ennemis du peuple sont dans le peuple. Voici comment les français ont fait pour obtenir la privatisation de la SONEES, malgré l’opposition du président DIOUF. La SAUR qui voulait entrer en possession de la SONEES et sachant l’opposition du président va se payer la collaboration de quelques cadres de l’ex SONEES. Avec des dessous de tables, des promesses et des amitiés nés de lobbys louches, la SAUR ficelle un plan que les cadres de la SONEES sont chargés d’exécuter. Puisque Diouf ne veut pas entendre parler de privatisation, il fallait l’en convaincre par des arguments techniques et financiers. Les cadres de la SONEES ont donc remonté des rapports annuels faux, bidonnés, pendant quatre ans. Donc, durant 4 années, les services de la présidence ont reçu des rapports qui laissaient croire que la SONEES court directement vers la banqueroute. Abdou Diouf devait donc se resoudre à « sauver » cette société nationale en la privatisant ou courir le risque d’une « faillite ». Il finit par tomber dans le panneau et accepta de privatiser. Les mêmes cadres vont manœuvrer pour remettre le gâteau entre les mains des français. La SONEES donnait naissance à la SONES, la SDE et l’ONAS. Gain des cadres dans cette affaire ? Départ volontaire grassement payé, actions dans la nouvelle SDE, création de nouvelles entreprises qui seront des sous traitantes de la nouvelle SDE. En 2009, le lobby de ces cadres s’était payé les services du mercenaire Latif Coulibaly pour écrire un article sur la mauvaise gestion du directeur de l’ONAS. Pour le lecteur, il s’agit d’un article de plus du « patriote » Latif dénonçant les scandales du régime de Wade et de ses directeurs, en réalité il s’agit d’une attaque sur un directeur qui a fait la faute de retirer un marché à l’un des membres de ce lobby pour la CGA qui est un partenariat entre une société sénégalaise et une marocaine. Le lobby avait, d’ailleurs, et parallèlement à l’article de Latif, déposé un recours pour l’annulation de l’attribution. Mais il n’a pas eu gain de cause. La CGA a eu le marché pour deux ans et aujourd’hui le marche revient à une autre entreprise sénégalaise. Et lors du meeting de Macky avec BBY à St Louis, les membres de ce lobby étaient installé à côté de Macky. Ce ne sont pas des hommes politiques, c’est pourquoi, on ne parle pas d’eux. Je continue de vous dire que Macky est trop mal entouré pour être sûr et ce depuis l »entre deux tours. Les ennemis du peuple sont dans le peuple

Les commentaires sont fermés.