Macky, le Foncier et le Pétrole…Dès qu’il est accusé, il s’enfuit et disparaît comme si de rien n’était

MACKY, LE FONCIER ET LE PETROLE
L’histoire de MACKY et son terrain à Yoff est bien cocasse. Elle me rappelle celle de ce voleur surpris avec un mouton. Dès qu’on l’a hélé pour lui demander à qui était le bélier qu’il tirait, il a lâché la corde et s’est enfui.
A peine en effet les journalistes l’ont il interpellé sur son patrimoine de 7 milliards qu’il s’est lancé dans une tentative de justification de sa fortune, en la réduisant péremptoirement à deux milliards, et il a fini en annonçant qu’il rétrocédait son terrain à la Commune de Yoff, pour qu’elle y réalise des infrastructures à caractère social. Pauvre TAHIBOU NDIAYE!
C’est le énième report de son procès. Le pouvoir peinerait-il à trouver un accord avec lui ou est-il plutôt effrayé par les futures révélations de M. NDIAYE qui n’est surtout pas prêt à plonger seul ?
A vrai dire son cas est un cas d’école en matière de justice à double vitesse. Ce monsieur était un maillon de la chaine qui n’avait ni la capacité d’octroyer un terrain, ni de décider de qui serait bénéficiaire. La richesse de son patrimoine, pour un quasi subalterne du système devrait amener tout homme épris de justice à se poser la question de qui est responsable au premier chef de cet état de fait. Ce serait trop facile de sauter l’échelon de son supérieur hiérarchique, son patron disons, pour arriver directement à Me WADE.
Le Directeur général des impôts et domaines de l’époque, dernier échelon de responsabilité administrative avant l’autorité politique n’a jusqu’à présent pas été inquiété. Ce monsieur a, au contraire, été promu. Il est ministre de la République, pendant que TAHIBOU NDIAYE croupit en prison, victime d’une tentative délibérée de saper son moral, par le renvoi systématique de son procès.
Il est vrai que le foncier est un scandale dont la plupart des autorités politiques et administratives depuis 2000 ne sortira pas indemne. Le Colonel NDAW de la Gendarmerie a révélé l’étendue de la prédation foncière dont se sont rendus coupables ses supérieurs qui ont voulu l’y mêler, pour acheter son silence.
En cherchant coute que coute des coupables idéaux pour habiller son slogan de gouvernance sobre et vertueuse, MACKY a touché un élément qui n’est pas prêt de mourir sans vendre chèrement sa peau et entrainer dans sa disgrâce tous ceux qui ont trempé dans le scandale foncier le plus grave de notre jeune histoire, au premier rang desquels son patron d’alors, dont la force de lobbying a servi son ambition obsessionnelle de devenir ministre.
A-t-il sacrifié TAHIBOU NDIAYE pour donner des gages de vertu ? L’émail s’est depuis lors écorné. MACKY devrait en savoir quelque chose.
Malheureusement il ne maitrise aucune situation. Ce n’est pas en lâchant son terrain qu’il va échapper a la reddition des comptes fonciers, car nous n’avons jamais vu une chômeuse invétérée dans notre pays être propriétaire de deux villas grand standing sans coup férir.
Et ce scandale du foncier qui rattrapera tôt ou tard nos dirigeants actuels est insignifiant à côté de l’historie de Petrotim, point de départ de la plus grande opération de prédation de nos ressources pour l’enrichissement personnel d’une chaine de complices, au plus haut sommet de l’Etat.
Une propriété du peuple sénégalais, de tous les sénégalais, notre pétrole, s’est retrouvée en effet par la magie de l’accession au pouvoir de MACKY et l’entrée de son frère dans les affaires, entre les mains d’une société puis d’autres intermédiaires, pour finir entre les mains d’une compagnie qui vient d’annoncer des réserves d’un milliard de barils de pétrole, soit une masse financière de 30 000 milliards de franc CFA ! Malheureusement, à force de tripatouillage, seul 16% de ce montant revendra à l’Etat du SENEGAL car entre temps, ce patrimoine par la magie des décrets signés par MACKY pour la plupart et avec l’entregent de son frère serait passé, à force de spéculations, aux mains d’étrangers dont la sélection et les conditions d’entrée au SENEGAL sont des plus obscures.
Ce n’est pas pour rien que parmi les conseillers de MACKY figure un certain magnat du pétrole. Ce n’est pas non plus par hasard qu’à la tête de l’Assemblée nationale on maintient Moustapha NIASSE, un homme qui a bâti sa fortune en partie sur le pétrole, qui dispose d’une solide expérience et d’une expertise avérée dans ce domaine. Disons pour lui qu’il s’agit de ce que les ouolofs appellent une pierre qui abat deux oiseaux. En effet, sur la base d’un accord politique, les relations entre les deux hommes sous le sceau d’une allégeance revendiquée du second à l’autre n’auraient elles pas d’autres soubassements financiers liés au pétrole ? MACKY ou son frère n’ont ni les compétences ni l’expertise pour opérer le montage qui va nous spolier de 25 000 milliards ; ces enjeux sont si énormes qu’il convient de se demander quelle est la collusion d’intérêts qui soutend certains compagnonnages cupido-politiciennes, au premier rang desquels son tandem avec NIASSE ! Si tel n’était pas le cas, qu’il édifie les sénégalais, au lieu de traiter d’ « imbéciles » ceux qui ont refusé son diktat dictatorial pour une soumission sans conditions à MACKY.
Aujourd’hui, l’argent est le sujet tabou de la République. Les marchés gré à gré battent des records et augmentent toujours de façon exponentielle. Qui les autorise ? Qu’est ce qui les justifie ? Ces marchés sont passés au bénéfice de qui ?
A chaque fois que MACKY pour sa part parle d’investissements et de marchés, c’est parce que les entreprises qui en sont bénéficiaires sont étrangères. La magie du Partenariat public privé opère à tout va, sous son magistère ! Et le plus scandaleux est l’omerta qui entoure ces marchés. Je n’en veux pour preuve que le marché de l’autoroute Ila Touba, passé pour près de 400 milliards au bénéfice d’une entreprise chinoise exclue de tous les marchés financés par la Banque mondiale pour cause de corruption avérée aux Philippines. En plus cette entreprise aurait bénéficié de concessions léonines, pour une durée de 25 ans.
Les sénégalais ne sont pas dupes. Il est certes vrai à l’endroit de MACKY que celui qui attrape un serpent n’a que faire du scorpion. Rappelons-lui simplement que brader le patrimoine de toute une nation en faisant fi des intérêts des générations futures est une trahison flagrante qui peut avoir des conséquences autres que politiques.
Rappelons lui aussi, ainsi qu’à ses ministres et autres hauts responsables experts en passation des marchés publics par entente directe, à la suite d’ABDOULAYE BALDE, que la CREI, dans les conditions où elle a jugé KARIM WADE et est en train de jeter en pâture des opposants ne sera pas supprimée. Je partage largement son avis.
Quelque soit le scenario pour se maintenir au pouvoir, la reddition des comptes est une obligation inéluctable à laquelle ni MACKY ni NIASSE ni TANOR ni les autres composantes de Benno Bok Yaakar qui sont en train de se faire les complices de la dilapidation des richesses de notre pays et de la prévarication de nos ressources ne pourront échapper.
Si vraiment MACKY et ses alliés voulaient un SENEGAL émergent, si vraiment la mise en place de fonds souverains l’intéressait et si véritablement il tenait à réaliser l’émergence du SENEGAL, la démarche aurait été autre. Je ne puis comprendre en effet que 84% des ressources tirées du pétrole va s’évaporer vers d’autres horizons, pendant que le SENEGAL s’endette pour mobiliser difficilement les capitaux destinés à la concrétisation du Programme d’Actions Prioritaires du PSE.
Au contraire nous assistons chaque jour au spectacle lamentable de nos prétendues élites politiques, cette meute de courtisans éhontés préoccupés de prébendes, et suffisamment veules pour entrer dans un jeu de dupes avec MACKY, en espérant sournoisement tromper le peuple lucide qui observe et endure stoïquement les facéties de cette bande de faux amis. Pauvre SENEGAL !
Cissé Kane NDAO
Président de l’A.DE.R