Macky jette le « Yoonu Yokkuté » à la poubelle et impose le PSE par la force…Il trahit ses engagements avec le peuple

Il avait pourtant promis une impunité lors de son accession à la magistrature suprême du pays. Les Sénégalais ont cru que l’avènement de Macky aurait marqué une ère nouvelle après les 40 années destructrices du parti Socialiste et les 12 années de libéralités de Wade.
Pour les Sénégalais, c’était la fin du gaspillage. C’est pour cela qu’ils avaient sanctionné le Pape du Sopi. Le Vieux Wade, grand bâtisseur du Sénégal nouveau avec ses autoroutes, son Grand théâtre, sa place du Souvenir, n’a pas échappé au verdict des urnes. Les Sénégalais ont vu autrement et ont opté pour celui qui leur proposait un « Yoonu Yokkuté » plein d’espoir…
macky yoonu yokutéLe « Yoonu Yokkuté » à la poubelle
En février 2014, Macky Sall, le concepteur du « Yoonu Yokkuté », programme pour lequel il a été élu, voit les choses différemment. Il jette son « Yoonu Yokkuté » à la poubelle devant les Toubabs et opte pour un autre programme que les Sénégalais ignorent : le Plan Sénégal Emergent (PSE).
Personne ne connaît ce plan. Et personne ne l’a élu sur la base du Plan Sénégal Emergent (PSE). Mais Macky l’impose de force à son peuple. Et ce PSE recadre les demandes sociales au second plan avec des ajustements drastiques. Les remboursements des prêts au FMI et aux créanciers deviennent la priorité. Macky n’arrive plus à honorer ses engagements pris avec le peuple.
Le peuple râle…Macky durcit le ton
Les demandes sociales mises au tiroir, les mairies dépossédées par l’Acte 3, les étudiants sans bourses, Macky impose sa gouvernance : celle de sa famille, et tout pour sa famille. Une dynastie voit le jour…Avec l’aide des Français qui y voient une manière de protéger leurs intérêts. Les marches et manifestations contre le régime sont interdites. L’opposition menacée par la traque des biens mal et les interdictions de sortie du territoire cherche en vain des stratégies pour faire plier le régime.
La voix des sans voix, la presse, ne marche plus pour le peuple…Elle est abonnée au grenier du Palais. Elle devient une presse du pouvoir. Les journalistes se transforment en avocats de la partie civile pour enfoncer les opposants comme Karim Wade. Les patrons de presse voyagent avec le président de la République et distribuent les publicités aux presses conciliantes. Elles se transforment en presse des mille collines.
L’impunité érigée en règle
C’est le règne total de l’impunité. Malgré les frasques, la presse s’emmure dans le silence. Et le président se plait dans le désordre. Il recueille les rapports des vérificateurs de l’Inspection Générale d’Etat et de la Cour des Comptes…Sans sanctionner. Pis, il s’excuse même auprès des juges pour le comportement odieux d’un de ses ministres qui a osé les renvoyer…Du jamais vu ! Un président de République qui cautionne des actes anti républicains d’un ministre et qui va jusqu’à présenter des excuses sans renvoyer ce ministre…C’est ça le summum de l’impunité. Qui dit mieux ?
Penda Sow pour xibaaru.com