Macky isole Wade…Le Gorgui est déconnecté des cités religieuses et de la presse

Macky est un fin politicien. En 2012, il l’a prouvé en battant le vieux Pape du Sopi, trois ans après avoir quitté son parti au pouvoir, le PDS. Pour réussir cette prouesse, il faut s’appeler Macky Sall. Et aujourd’hui, Macky Sall, bien qu’en proie avec la polémique soulevée par la détention arbitraire de Karim Wade avec l’avis du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, a isolé l’ancien président Abdoulaye Wade de la scène politique sénégalaise. Et pour mettre Wade en quarantaine, le président Macky a ciblé deux entités : les chefs religieux et la presse.
Macky et les marabouts
Le président Macky Sall a réussi à établir un climat de confiance entre lui et les marabouts de sorte que ces derniers oublient Wade et ses problèmes. Selon Modou Kara, leader politique du PVD et fondateur du mouvement ‘Bamba Fepp, Bamba partout’ « Macky Sall est plus fort que ses prédécesseurs dans ses relations avec les marabouts. » Et Serigne Modou Kara d’expliquer : « L’actuel Président, lui, il dupe les grands et fait peur aux petits. Il a montré qu’il est le plus fort. C’est pour cela que je l’appelle l’homme fort. Je l’aime bien ».
Si Modou Kara le dit, c’est que Macky est fort. Aujourd’hui, Tivaouane de par la voix de son porte-parole demande à Wade de prendre sa retraite politique. Et même si Touba ne se prononce pas sur ce sujet, il faut reconnaître que le fils de l’ancien président, Karim Wade, bien que Talibé du Khalife Général des Mourides, croupit toujours en prison. Est-ce à dire que la cause de Wade n’a pas été entendue par Touba ? En tout cas, celle de Samuel Sarr en prison a bien été plaidée par Serigne Moustapha Saliou Mbacké. Et Samuel est libre. Mais Karim est encore en prison…
Macky et la presse
On a toujours parlé de la presse du Palais (selon xibaaru) ou de la presse des 100 (selon Xème). Mais ces termes risquent de disparaître aujourd’hui avec la nouvelle trouvaille de Macky Sall. Son ministre-conseiller, en charge de la communication de la présidence de la République, El Hadj Hamidou Kassé, vient de réunir toute la presse au Palais en vue d’accréditer des correspondants de la presse nationale, pour en faire des « points focaux » de leurs rédactions au palais, dans une optique d’amélioration des conditions d’accès à l’information. Et sur cette rencontre, El Hadj Hamidou Kassé a posé clairement sur la table « la notion d’amélioration des relations entre la présidence et les médias ». Il facilite ainsi l’accès des journalistes à l’information », ce qui réduit considérablement les divergences entre la presse et le président Macky Sall.
Wade isolé
L’ancien président se retrouve mis à l’écart…Macky Sall a huilé ses relations avec les marabouts et la presse. Tandis que Wade, lésé par le manque de moyens humains et matériels, s’éloigne des centres de décisions. Wade n’a plus les hommes qu’il faut pour porter sa communication et ses médiations. Il « tue » ses hommes de confiance…Et se retrouve seul, comme c’est le cas aujourd’hui : Abdoulaye est un homme seul…Il a tout bouffé autour de lui.
Mobel Sirah Ba pour xibaaru.com

6 Comments

  1. Ceci prouve encore une fois que nous ne nous sommes pas trompés en sa a personne pour le porter à la magistrature suprême. Il a su répondre à toutes nos attentes. Force est de constater aujourd’hui que le pays est sur de plein pied dans l’émergence. Nous vous souhaitons plein succès dans vos entreprises pour le bien être de ce pays. L’heure n’est pas à la polémique mais plutôt au travail.

  2. C’est triste de constater que les APeRiens ne se reveillent que lorsqu’on parle de Wade en mal. C’est dire qu’ils ont une peur chronique de lui.
    Personne ne pourra lui enlever ce que Dieu a fait de lui, il est tout simplement le meilleur. Macky n’est rien d’autre qu’un poltron. …

  3. Depuis que Macky est arrivé au pouvoir, 4 ans, faisons le bilan des thèmes lancés et qui, tout au moins, créent un débat au sein de l’Islam du Sénégal, c’est le moins qu’on puisse dire. Tout se passe comme s’il nous fallait l’arrivée d’un Macky Sall au pouvoir pour que nous nous rendions compte que nous vivions un Islam qu’il faut impérativement réformer pour notre bien. Et le chargé de cette réforme n’est personne d’autre que Macky Sall.
    Brusquement le sénégalais découvre que nos daaras sont obsolètes, à moderniser, avec, jusqu’au choix de l’enseignement qui y sera délivré (Ici le mot d’ordre est moderniser).
    La mendicité des talibés devient une « exploitation » rétrograde, à interdire (ici, il faut surtout éviter de choisir le thème de « ne faisant pas parti de nos traditions », ça ne marcherait pas.)
    Il nous apprend que nos chapelets ne développaient rien. Nous qui pensions que… Enfin, puisque c’est le hafiz-tafsir-mufti Macky Sall qui a sorti une fatwa.
    Nous apprenons que les marabouts ne sont que des citoyens ordinaires nous qui les voyions le plus souvent « s’ordinariser » , d’ailleurs.
    Il nous demande de dénoncer des prêcheurs venus de l’étranger, mais d’un étranger, pas n’importe lequel.
    Il nous apprend que nos femmes qui portent le voile intégral n’appliquent pas nos traditions, et qu’il faut l’interdire.
    Mais en fin de compte, Cheikh-Hafiz-tafsir-mufti Sall, il faut nous dire une bonne fois pour toute si vraiment nous étions musulmans avant votre arrivée au pouvoir. Apparemment il n’y avait rien de bon de ce que nous faisions. Et nous expliquer quel genre de musulmans nous serons quand vous aurez fini de « moderniser » et d’assurer notre « sécurité ».
    Et qui parlait d’un état laïc ? A moins que dans notre cas, un état laïc ne soit celui où le chef de l’état est le chargé de la liturgie.
    Nota: Et pourquoi alors les guides religieux ne crient pas leur colère. « Sathia bou doul raw , djaroul yakkë say nélaw ».

  4. JE RÉSUME LA SORTIE DE MACKY PAR RAPPORT À LA PRESSE
    ÉCOUTEZ 2017 ARRIVE BIENTÔT. LES SÉNÉGALAIS M’ONT TOURNÉ. OR JE VEUX GAGNER COÛTE QUE COÛTE LES ELECTÎONS POUR NE PAS FAIRE FACE À LA CREI.
    JE VOUS PROPOSE LE DEAL SUIVANT: JE VOUS DONNE DES FAVEURS, J’ACCÈDE À VOS DEMANDES EN AUGMENTANT L’AIDE À LA PRESSE
    JE VOLE LES ELECTÎONS ET VOUS NE DITES RIEN. SURTOUT VOUS NE PARLEZ PAS DE FRAUDES.
    OK?
    VOILÀ LE DEAL QUE TOUT LE MONDE A COMPRIS.

  5. Il n ya rien de nouveau sous les Tropiques. Votre article ne nous apprend que ce que nous connaissions déja: 1/ Les marabouts ne sont là que pour leurs propres intérets. Ils sont toujours avec celui qui est au pouvoir. 2/ La presse sénégalaise, dans sa grande majorité, est corrompue et aux mains de journalistes affamés et qui pratiquent donc un journalisme du ventre. Macky ne fait que marcher sur les traces de son maitre. Mais attention! La presse doit faire gaffe. Le peuple n acceptera pas continuellement l attitude et la posture de groupes de presse comme GFM

  6. Heureusement pour le Sénégal, les fidèles et les lecteurs jouissent de leur indépendance par rapport au pouvoir de Macky. Cette presse et ces guides ont toujours accompagné les régimes dans leur défaite pour être recyclés par la suite.

Les commentaires sont fermés.