Macky instaure une peur permanente : hier l’opposition, aujourd’hui la presse…Et demain à qui le tour ?

Le président Macky Sall a fini d’instaurer la peur entre 2012 et 2015. Dès son arrivée, Macky a commencé à démythifier Wade en l’accusant de vol de plus de 600 véhicules de la présidence. Il a même rabaissé l’ex première dame, Viviane Wade en l’accusant de vol de tapis. Eh oui, pendant le déménagement du couple Wade de la présidence, Viviane aurait emporté des tapis persans…Et tout le monde y a cru. Ensuite Macky passe à la vitesse supérieure en se lançant dans des accusations qui frisent l’indécence. On parle de plus de 4000 milliards cachés dans les banques occidentales.
Sachant que les Sénégalais s’intéressent aux faits divers, Macky bascule dans une dérive autocratique contre d’anciens ministres sous Wade. Et puisque personne ne dit mot, il continue avec des proches de Wade comme Alioune Aïdara Sylla accusé du délit de transport de chèque. Là encore, personne ne bronche. Il s’attaque alors aux membres et sympathisants du PDS, personne ne s’offusque. Normal aujourd’hui qu’il tente d’intimider la Presse et les médias. Et si cela passe, la société civile aura son tour…Le recul démocratique a débuté avec la réactivation d’une cour d’exception inquisitoire sous le regard et le silence complice d’une bonne partie des sénégalais qui auraient aimé que Karim Wade et ses proches soient pendus ou fusillés sur la Place de l’obélisque !!!
Tous ceux qui étaient dans les rues le 23 juin 2011, ont subitement disparu de la circulation. Macky prend de journalistes, les intimide puis les met sous contrôle judiciaire pendant 4 mois et personne n’ose accuser Macky. Au contraire, c’est lui le héros dans toute cette histoire. Car quelques heures avant la libération sous contrôle judiciaire des journalistes, une certaine presse du Palais avait déclaré que le président convoquait une réunion de crise au Palais pour élargir les journalistes. Ensuite dans la foulée, il y a eu le communiqué du ministre auprès du premier ministre, porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye, qui rappelait l’attachement du président Macky Sall à la liberté de la presse. Tout ça pour dire que Macky est étranger à la traque des journalistes.
Mais Macky a atteint son objectif : l’instauration d’une peur permanente dans le milieu de la presse après avoir mis l’épée de la traque des biens mal acquis au-dessus de la tête de l’opposition. Et qui sera sa prochaine victime…La société civile sans doute.
Penda Sow pour xibaaru.com