Macky ferme la bouche des opposants et leur demande de dialoguer…C’est déjà un échec

Lors du Conseil des ministres d’hier, le président de la République, Macky Sall a réaffirmé sa volonté de dialoguer avec les acteurs de la classe politique, ceux de la société civile, du secteur privé, des organisations de travailleurs, les autorités religieuses et coutumières…sur des questions exclusivement d’intérêt national.

Et quelles sont les questions qui sont exclusivement d’intérêt national ?

La démocratie, la bonne gouvernance et l’indépendance de la justice font partie des questions d’intérêt national. On ne peut pas exclure le cas Karim Wade et des prisonniers politiques du dialogue politique.

Justice

Tous les partis avec lesquels veut dialoguer Macky Sall, ont rejeté la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI). Comment ces partis vont-ils discuter avec Macky sans mettre le problème de la CREI sur la table ?

Karim Wade

Avec les avis du groupe de travail des Nations Unies qui a fait état de la détention arbitraire de Karim Wade, les partis politiques qui ont pris part à des manifestations et signé des déclarations pour demander la libération de Karim Wade, ne vont pas venir à la table du dialogue et faire fi du dossier Karim Wade.

La définition du cadre du dialogue définit par Macky Sall voue déjà à l’échec le dialogue qui n’a même pas encore débuté. Les opposants veulent venir mais si on occulte du dialogue, les interdictions de manifester, l’article 80 qui les emprisonne et le dossier de Karim et ses coaccusés condamnés par une juridiction controversée, alors le dialogue proposé par le président de la République est déjà un projet mort-né…

Penda Sow pour xibaaru.com