Macky et ses méthodes pour décimer les libéraux : il les met en prison, les oublie puis leur offre la liberté PROVISOIRE

Liberté provisoire ou l’autre face de la dérive….
Depuis que Macky est arrivé au pouvoir, l’emprisonnement est devenu une affaire banale au nom de « l’état de droit ». Mais qu’est-ce que ces emprisonnement sont apporté au Sénégal, aux sénégalais et au régime en place ? Les privations de liberté de déplacement et d’expression se suivent et se ressemblent aussi bien sur la forme que sur le fond. Bizarrement, nombreuses sont les affaires qui ont connu le même dénouement, la liberté provisoire. On arrête, met en prison pendant des mois et on libère tout doucement par la petite porte. Combien de libertés provisoires ont été délivrées depuis 2012 ? En réalité, ce sont des libertés définitives car c’est ça la réalité. El Hadji Amadou Sall, Mamadou Lamine Massaly, Aïda Ndiongue, Cheikh Béthio et ses talibés et aujourd’hui le lutteur Bathie Séras et la lycéenne Amina Nguirane…La liste est longue et loin d’être exhaustive. Tous sont sortis de prison par le même procédé. Tous ont payé les frais de l’affolement permanentent de l’actuel régime cachée derrière les délits « d’atteinte à la sureté de l’état, troubles à l’ordre publique ou encore le fameux article 80 relatif à l’offense au chef de l’état.
Les tenants actuels du pouvoir sont très mal placés pour faire la leçon de civisme et de bonne gouvernance aux sénégalais. Non seulement certains d’entre les ténors du régime font pire en matière d’incivisme avec des injures qui n’honorent pas la république mais ils excellent aussi de la mauvaise gestion, la gabegie ou encore la boulimie foncière si on se réfère aux récents scandales qui ont secoué la république il y a quelques semaines avec un réaménagement bidon à l’arrivée et ça continue. La liberté provisoire a un sens juridique que l’on ne doit pas lui ôter, à moins que ce soit le juriste fantôme du palais qui conseille les distributeurs automatiques des libertés provisoires. La justice sénégalaise était très respectée partout dans le monde, le choix du Sénégal pour juger Hissein Habré n’est certainement pas fortuit. Mais si on considère ce qui se passe dans ce procès et dans celui de Karim Wade, on comprend aisément la réaction du groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire du candidat du PDS. Les juristes et les magistrats sénégalais connus pour leur rigueur et leur sérieux doivent sauver le pays en prenant leurs responsabilités et éviter d’être des « tailleurs juridiques » pour parler comme l’autre.
L.Badiane pour xibaaru.com

1 Comment

  1. Si le Sénégal en est arrivé à ce stade qui date d´une époque aux relents que tout le monde croyait à jamais révolus, c´est parce qu´il le mérite. Ne dit-on pas qu´UN PEUPLE A LE GOUVERNEMENT QU´IL MÉRITE?

    Le PRESSE SÉNÉGALAISE, dans sa quasi totalité, est devenue un conglomérat de MERCENAIRES DE LA PLUME qui ont vendu leur âme au démon MACKY CHARLIE SALL.

    Quant à l´INTELLIGENTSIA, à part quelques rares héros tels que MOÏSE RAMPINO et TOUSSAINT MANGA qui paient en ce moment le prix fort simplement parce qu´ils ont eu le courage et le patriotisme de dire haut et fort que MACKY CHARLIE SALL EST UN ABOMINABLE DICTATEUR et qu´ils s´opposeront, par tous les moyens légaux garantis par notre LOI FONDAMENTALE, aux MONSTRUOSITÉS érigées en mode de GOUVERNANCE par la BANDE D´INCAPABLES qui ruinent notre cher pays depuis que le peuple sénégalais, aveuglé par les mensonges et les intimidations d´une minorité d´analphabétes, les porta au pouvoir il y a de celà TROIS ANS ET QUATRE MOIS exactement. Partout dans le monde, l´INTELLIGENTSIA assume avec courage sa NOBLE ET SACRÉE MISSION de FER DE LANCE DE LA RÉSISTANCE CONTRE LA DICTATURE. Sauf au Sénégal.

    Si aujourd´hui le Sénégal est devenu la honte de la communauté internationale en laissant le DICTATEUR MACKY CHARLIE SALL se comporter dans ce pays comme un s´il se trouvait dans une MONARCHIE ABSOLUE, c´est parce qu´il n´a pas mesuré à sa juste valeur l´immense chance, symbolisée par le PRÉSIDENT ABDOULAYE WADE, qu´il avait de sortir enfin du marasme général dans lequel le plongea le PARTI SCÉLÉRAT (P.S.) durant 40 ans d´impécable dictature dont les séquelles se font aujourd´hui encore sentir, reprise à la lettre par MACKY CHARLIE SALL.

Les commentaires sont fermés.