Macky doit savoir : Dame KA, Boubacar Ndong, Matar Ndiaye et Cheikh Ky ont tous été tues en 2015 au Sénégal

Dans le rapport annuel 2015/2016 d’Amnesty international au Sénégal, il est fait état de tortures ayant entraîné la mort dans les locaux de la police et de la gendarmerie sénégalaise. Le président Macky le sait-il ? Les forces de l’ordre veulent-ils cacher des bavures ? Mais tous ces faits ne concourent pas à la bonne gouvernance prônée par le président de la République
Des faits graves…Et même très graves dans un état de droit.
Dame Ka, un ressortissant de Thiès est décédé dans les locaux du commissariat de Thiès. Et Boubacar Ndong, un dakarois est mort à la brigade de gendarmerie de Hann.
Selon Amnesty International, ils sont tous morts de tortures…Et ceci se passe au Sénégal…xibaaru vous donne les extraits du rapport d’Amnesty sur les tortures, mauvais traitements, décès en prison et l’usage excessif des forces de l’ordre…Voici le rapport :
1.1 Torture et mauvais traitements, décès en détention
Au cours de l’année 2015, au moins deux personnes sont décédées en détention, dans les locaux de la police ou de la gendarmerie.
Amadou Dame Ka est décédé le 2 février 2015 dans les locaux du commissariat central de Thiès à la suite de son arrestation à son domicile pour braquage de pharmacies et de banques. Il aurait subi de mauvais traitements lors de son arrestation. L’enquête a été confiée à la brigade de recherche de Thiès. Selon la famille et son avocat, aucun acte permettant de penser que l’enquête progresse n’a été posé.
Une autre personne, Boubacar Ndong, est décédée le 15 novembre 2015 à la brigade de gendarmerie de Hann alors qu’elle était en garde à vue dans l’attente d’être présentée au procureur de la république le lundi 16 novembre. Le rapport d’autopsie conclue curieusement au suicide par pendaison, ce que la famille a contesté. La famille n’a pas porté plainte. Nous ne sommes pas au courant d’une enquête ouverte par le parquet pour faire la lumière sur les circonstances de son décès.
1.1 Usage excessif de la force
Les forces de sécurité ont continué d’utiliser la force de manière excessive au cours de l’année 2015. Le 25 juillet, Matar Ndiaye a succombé à une blessure par balle à la jambe à la suite d’une opération de police menée dans le quartier de Grand Yoff à Dakar. Un policier aurait fait feu sans sommation en direction d’un groupe d’hommes qu’il poursuivait et Matar Ndiaye a été pris dans la ligne de tir.
Le policier aurait été arrêté et inculpé dans le cadre de l’enquête confiée à la Division des Investigations Criminelles (DIC), une unité de la police judiciaire sénégalaise.
Cheikh Ly est décédé le 27 novembre 2015 à Louga à la suite de blessures subies lors d’affrontements entre forces de sécurité et supporters d’une équipe de football. Le certificat de genre de mort parle de traumatisme crânien. La famille n’a pas porté plainte. A notre connaissance, aucune enquête n’a été ouverte pour faire la lumière sur les circonstances de son décès.