Macky contre la libération de Aïda Ndiongue…L’APR trouve le verdict surpenant

Il n’y a pas que le procureur de la République Serigne Bassirou Guèye qui trouve à redire après que la responsable libérale Aïda Ndiongue, ancienne sénatrice a été totalement blanchie à l’issue de son procès dont le verdict a été rendu avant-hier jeudi 28 mai 2015. Le Secrétariat exécutif national de l’Alliance pour la République (Apr) ne comprend pas que le tribunal correctionnel de Dakar ait décidé de «relaxer purement et simplement Aïda Ndiongue et ses co-prévenus et d’ordonner la mainlevée sur tous les biens saisis». L’instance dirigeante du parti de Macky trouve que «ce verdict, est à tout le moins surprenant et incompréhensible au regard de la solidité des preuves, des sommes d’argent et la valeur des bijoux découverts dans les coffres en banque et révélés par le procureur de la République au cours d’une conférence tenue le 17 janvier 2014». Ah bon ! Le parti du prési commente des décisions de justice ?
En tout cas, Seydou Guèye, le porte-parole national de l’Apr souligne que «le Sen exprime ses vives préoccupations relativement à cette décision et réaffirme avec fermeté la nécessité de poursuivre de la reddition des comptes, une option politique qu’aucun intérêt particulier, qu’aucune négociation ne sauraient entraver». A ce titre, «le Sen se félicite de l’appel interjeté par le procureur de la République au nom de la société, tel que la loi lui en donne le droit et la responsabilité». Dans le même sillage, souligne le porte-parole de l’Apr, «le Sen encourage Macky à consolider la gouvernance vertueuse, à travers la transparence et la reddition des comptes qui constituent, entre autres, les conditions du véritable développement dans notre pays et des gages de la défense des intérêts des citoyens».

1 Comment

  1. Revenons aux règles d’exécution de marché et de payement pour comprendre. Lorsqu’une entreprise gagne un marché de l’état, elle exécute les travaux ou fournie la commande. Les travaux exécutés ou la commande fournie sont attestés par des attachements, un procès verbal de réception, et dans le cas des fournitures de commande s’y ajoute un bordereau de livraison. L’entreprise fait sa facture qui est certifiée par le service technique de l’état responsable de tutelle des travaux ou de la commande. Le trésor ou tout autre organe financier de l’état ne décaisse un seul franc que sur la base de cette facture certifié par l’organe technique et qui vaut ordre de décaissement.
    Dans ces cas, lorsqu’un pouvoir arrête un entrepreneur par l’accusation de détournement de biens de l’état (même si on s’interdit de se demander comment, vue que tout est inversé dans ce pays), pourquoi il n’y a pas poursuite de la tutelle technique seule pour avoir demander à l’état de décaisser de l’argent sur la base d’attachements de travaux, de PV de réception et de facture certifiée alors que les travaux ne sont pas exécutés ou que la commande n’est pas honorée (selon l’accusation) ? Par rapport à l’état, l’entrepreneur n’a fait aucune faute. S’il y a faute c’est la tutelle technique qui a fait décaissé à l’état pour des travaux non exécutés ou des commandes non honorées. Le trésor ne connait pas l’entrepreneur et n’est pas sensé le connaître. Le trésor connait les bras techniques de l’état dont les attestations techniques (PV de réception, attachements, factures) sont des ordres de décaissements.
    Mais ici, il s’agit de la procédure normale, dans les pays normaux. Au Sénégal, nous sommes sous un pouvoir de légionnaires, au service des pourvoyeurs de légions. Au Sénégal nous sommes sous ce que Sidi Lamine appelait la dictature médiatique qui part du principe que les consommateurs de ses produits sont des ignares qui vont avaler toute diabolisation. Au Sénégal nous sommes sous un pouvoir où la haine est érigée en institution d’état. Au Sénégal nous vivons le principe qui veut que n’importe quel non sens, ou même anti sens, répété par la presse des 100 fait office de droit républicain. Au Sénégal, nous vivons une dictature qui veut que le pouvoir de Macky a toujours raison même quand il a tord.
    Il n’y a pas une goutte de droit dans les actes de Macky. Il n’y a que de la vengeance que la presse des 100 couvre de plus en plus mal. Ils ne peuvent pas duper le peuple tout le temps.

Les commentaires sont fermés.