Macky avait promis de «réduire l’opposition à sa plus simple expression»…Le Sénégal vers une crise politique

Ce tableau d’honneur, le Sénégal le doit à la conjugaison de plusieurs dynamiques. Le Sénégal a une riche et longue culture électorale (1848) et une forte tradition démocratique. Il est le premier pays d’Afrique subsaharienne à connaitre le bicéphalisme (1969), le multipartisme (depuis 1974) et l’élection pluraliste (depuis 1978) y sont une réalité. Ce pays, qui n’a jamais connu de coups d’Etat, a réalisé deux alternances démocratiques. Il est vrai que l’histoire politique du Sénégal postcolonial est jalonnée de faits susceptibles de ternir l’image de marque de sa démocratie. Mais force est de constater que chacun des trois prédécesseurs du président Macky Sall a eu à apporter sa contribution à faire du Sénégal une des « puissances démocratiques » du continent africain.
La consolidation de la démocratie sénégalaise fut l’une des fortes aspirations du peuple en portant Macky Sall à la présidence de la République. A mi-mandat, le bilan démocratique du Sénégal sous Macky Sall pouvait être plus reluisant.
Va-t-on vers une crise politique ?
Depuis 2012, l’opposition est systématiquement ignorée par le président Macky Sall. Ce manque de dialogue politique fait du Sénégal une démocratie plus d’affrontement que de consensus. L’arène politique se transforme en un véritable « ring » où les contradictions se règlent par des forcings, invectives, menaces, emprisonnements, etc…

Le renforcement de la stabilité politique exige un dialogue entre les acteurs politiques. Malheureusement, certains compatriotes assimilent toujours dialogue politique à l’instauration d’un gouvernement d’union nationale (qui ressemble à un partage du gâteau) ou à un « deal » politique. Le dialogue politique permet plutôt aux acteurs politiques d’avoir des convergences fortes sur des questions supra partisanes. L’institution du statut du Chef de l’opposition tel que prévu par la Constitution de 2001 et proposée par la Commission nationale de réforme des institutions participera à renforcer l’image de marque de la démocratie sénégalaise.
Apparemment les armes non conventionnelles semblent être bonnes pour le chef de l’Etat en vue de réaliser sa volonté de « réduire l’opposition à sa plus simple expression ». Les différentes initiatives du parti Rewmi et, aujourd’hui, du front de l’opposition significative de former un groupe parlementaire ont connu un échec. Il est très difficile de ne pas y voir un coup de Jarnac du régime. La modification du règlement intérieur de l’Assemblée nationale le 30 juin 2015 portant le nombre de députés exigés pour former un groupe parlementaire de 10 à 15 et interdisant tout député démissionnaire de son groupe de rejoindre un autre déconsolide la démocratie sénégalaise. L’encouragement de la transhumance politique par le Président de la République anéantit la moralisation de la vie politique, principale motivation de ladite modification à en croire à la majorité parlementaire.
Adama SADIO ADO
Chercheur en Sciences Politiques
adosadio@yahoo.fr