Macky 2012 défend Macky : « il n’est plus question de faire marche arrière »

Selon un communiqué paru hier, La coalition Macky 2012 s’est réunie pour manifester son soutien ferme et indéfectible au président de la République dans sa décision d’envoyer des troupes en Arabie Saoudite. «En décidant de soutenir militairement un pays frère auquel nous sommes liés par la foi, le Président Macky Sall n’a fait que respecter une longue tradition diplomatique. Donc, il n’est plus question de faire marche arrière», arguent les responsables de Macky 2012 qui soutiennent que «l’intervention en Arabie Saoudite face à la menace terroriste au Yémen est une manifestation naturelle et altruiste de notre État à l’endroit de la Ouma islamique et à l’Humanité tout entière». L’engagement militaire du Sénégal à côté du frère Saoudien relève de «la ferme conviction à combattre le terrorisme qui tend à se mondialiser et ce n’est pas en le craignant et s’en méfiant qu’on y échappera, mais en le combattant partout où il se manifeste».

1 Comment

  1. Il faut se demander comment Macky Sall s’est retrouvé dans cette situation de devoir courir derrière l’Arabie Saoudite.
    Macky Sall arrivé au pouvoir a trouvé des relations très huilées entre le Sénégal et les pays arabes.
    Sept mois après sa prise de pouvoir, Macky Sall va récolter au Koweit 144 milliards que ce pays avait promis de décaisser pour le Sénégal, sous Wade. Cela fait bien plus que les 108 milliards dont on nous dit que Macky récoltera de l’envoi de nos soldats.
    tinyurl.com/o98f9mn
    Macky aurait pu entretenir ses relations. Et même si en arrivant au pouvoir il avait plus l’intention de réorienter les relations du Sénégal vers les pourvoyeurs de légions d’honneur, il devait avoir l’idée de maintenir ses pays arabes comme roue de secours. Mais c’était sans compter l’obsession de zéro-isation de tout ce qui avait touché à Abdoulaye Wade, c’était sans compter l’absolu nécessité de diabolisation du pouvoir sortant pour les besoins des échéances électorales. Et cette obsession de Macky Sall mise en application par ses communicateurs foncièrement nuls et ses politiciens avec des masques de juristes a produit deux lignes médiatiques qui ont été répétées de façon outrancière pendant deux ans dans tous les supports médiatiques accessibles à Macky Sall:
    1/ Si Wade a préféré les relations avec les pays arabes, c’est plus parce que ces pays sont informels en matière de finance. Ils décaissent sans traçabilité et ne contrôlent pas ce qui est fait de l’argent qu’ils jettent à Wade. Ce qui facilite à Wade des détournements inouïs.
    2/ (Aussi contradictoire que cela paraisse) Les milliards que le pouvoir de Wade a détourné sont gardés dans les pays arabes, c’est ce qui fait qu’il ne sera pas possible de retrouver ces milliards (surtout que les preuves se trouvaient dans un ordinateur qui a été perdu).
    3/ Les entreprises arabes qui se sont installées au Sénégal sous Wade ne l’ont été que par la fraude (Sudatel, DPW).
    La conséquence a été le froid avec les pays arabes, en tout cas le ralentissement perceptible des financements…informels.
    La communication de Macky campa sur le tintamarre du Club de Paris. 3 700 milliards « décrochés » alors que Macky ne cherchait que 1 800 milliards. Macky « obtient » 200% de ce qu’il cherchait. Un président qui obtient plus que ce qu’il veut des bailleurs. Tout le monde a confiance à lui. Et les tournées économiques, et les conseils des ministres délocalisés (copiés d’Ali Bongo), et partout des milliers de milliards promis.
    Mais concrètement, en dehors des médias, ces milliards de milliards n’existent nul part au Sénégal. Au même titre que les milliers de milliards dont le pouvoir de Wade est accusé d’avoir voler, les milliers de milliards que Macky est crédité d’avoir trouver pour le Sénégal restent dans le cadre strict des titres de la presse des 100. Les deux cas de milliers de milliards « existent » juste pour nous orienter l’opinion. Mais il ne faut jamais franchir cette étape pour tenter de les voir. Ils n’existent nul part.
    A mi mandat, Macky Sall constate qu’il a usé de toute sa force médiatique et celle faussement juridique pour diaboliser ceux qui s’étaient opposés aux Boloré, ceux qui avaient concurrencé les Boloré, mais cela n’a pas entraîné les retombées financières espérés des Boloré alors que cela a tari les financements..informels.
    Alors, la solution ?
    Obligatoirement courir derrière les financements informels… à tout prix, courir derrière les receleurs de « nos milliards volés par Wade ».
    Il est bien possible d’être aveugle, mais il n’est pas possible de ne pas voir ces vérités.

Les commentaires sont fermés.