Les proxénètes et prostitués politiques du 21ème siècle…Un grand danger pour l’avenir du Sénégal

Depuis mars 2012, il y a rien de nouveau sous le soleil de l’espace politique. La rupture tant prônée est encore loin de voir le jour. Les plats servis quotidiennement par les politiciens ressemblent fort bien à de la masturbation intellectuelle.
C’est un secret de polichinelle de dire que les politiciens méritent tous les sales attributs qu’ils se donnent et les crachats infligés tous les jours par le peuple sur leur visage.
Les mots crus et durs parfois choquants ne reflètent pas la pensée du journaliste mais celle des populations blessées au plus profond d’elles même par cette vague de transhumance qu’elles jugent inexplicable, irresponsable, malhonnête et indigne. La transhumance fait rage ces derniers jours au Sénégal à la vitesse du  » Plan Sénégal Énervant « .
Malheureusement tous les transhumants tentent par des formules, des calculs et des explications politico-mensongères de justifier leur transhumance dans le parti présidentiel.
Le jeune libéral Massaly avait parlé de prostitution politique là où le Président de l’Assemblée Nationale Niasse avait parlé d’imbéciles et de salopards politiciens. D’autres politiciens se traitent de vagabonds, de voleurs, de voyous, de violeurs, de cancres, des couillons, de pilleurs, de fossoyeurs, de pédophiles, de pédés, de bandits, de brebis galeuses, de rats de caniveau, de dragueurs de femmes d’autrui, de vauriens, d’ânes, de cochons, de vautours, de râteliers, de fornicateurs, de chambellans, de lèche cul, de cocus, d’adulterins, d’enceinteurs », de doul kate, de fen kate, de rambagne kate, de diakhassé kate « 
Avec Djibo qui vient de rejoindre la mouvance présidentielle, ne devrait-on pas parler maintenant d’alliance contre-nature ?
Où sont le respect de la parole donnée, l’honnête et la morale ? Il est plus que temps de mettre un terme à ce cirque qui commence à déteindre les valeurs sûres de la société sénégalaise.
Où sont la dignité, la vertu, l’éthique, « le Jom, le Fouleu, le Ngor, le Fayda ? ».
En effet, on assiste, jour après jour, à des vagues de changements de capes et de couleurs. On constate honteusement l’accélération de la cadence des ralliements d’anciens dignitaires de la classe politiques et d’autres formations politiques dans les rangs de la mouvance présidentielle. Mais que peuvent apporter ces « prostituées et putes politiques » au régime en place vomi par le peuple sénégalais?
Aujourd’hui, on peut dire, sans risque de se tromper, que le peuple a tourné la page de ces proxénètes et prostitués politiques
Quel homme politique qui a des couilles peut mettre fin à cette hémorragie de la vie politique sénégalaise?
« Si tu es neutre en situation d’injustice, alors tu as choisi le coté de l’oppresseur ».
Mobel Sirah Ba pour xibaaru.com