Les Oubliés du PSE…Djibidione ville sans eau, sans route, sans téléphone…Même les Bacheliers ne sont pas orientés

C’est scandaleux ce qui se passe à Bignona…Des bacheliers de la commune de Djibidione n’ont pas été orientés parce qu’ils n’ont pas accès à internet…

Djibidione, une ville oubliée par le PSE…

Pendant très longtemps, le nord Sindian (Bignona) était quasiment coupé du reste du pays à cause du conflit casamançais qui a affecté sérieusement cette zone frontalière avec la Gambie. Rien n’entrait, personne ne voulait investir dans la zone. Même l’état du Sénégal avait mis « une croix » sur la zone considérée comme zone à risque ou tout simplement « zone rouge ». Aujourd’hui, les choses redeviennent à la normale avec l’accalmie notée au sud du pays. Il se trouve que la zone notamment la commune de Djibidione accuse un grand retard par rapport aux autres collectivités locales. Les défis s’avèrent alors nombreux pour le nouveau Maire qui hérite d’une collectivité où tout est à recommencer. Les quelques ONG et programmes qui acceptent d’investir dans le secteur peinent à répondre aux nombreuses attentes des populations. Le plus grand problème de la commune de Djibidione et ses environs demeure l’enclavement. L’accès est plus que difficile ; des routes cahoteuses qui mènent dans chacun des villages de la zone. Il n’y a même pas une seule piste latéritique praticable. En plus de l’enclavement terrestre, la zone est coupée du reste du Sénégal car n’étant pas couverte par le réseau téléphonique. Ici les populations se servent des numéros gambiens pour communiquer avec le Sénégal. Aucun village de la collectivité locale n’est électrifié et l’eau courante y est considérée comme de l’or, les forages implantés à Djibidione et à Batinding ne fonctionnent pas. Conséquence, les jeunes de la zone ignorent tout des NTIC, pire encore, certains bacheliers n’ont pas été orientés faute d’inscription en ligne à temps. C’est fort de tout cela que le Maire de Djibidione, Ansoumana Sagna interpelle l’état car pour lui, « c’est une question de souveraineté nationale que l’état doit prendre en charge avec tout le sérieux requis ». Les populations qui étaient jadis fiers de leur sénégalité ne sentent pas le soutient de leur pays pendant ces moments difficiles. La Gambie reste la seule alternative qui s’offre aux habitants de la zone. Les femmes et les jeunes sont tous partis à la recherche d’une meilleure situation sociale car rester sur place, c’est se condamner à la pauvreté, à la misère ou à la déviation. C’est en partie ce qui explique la forte production du cannabis dans la zone. Sans emploi et sans soutien, les jeunes trouvent le moyen de survivre. Certains sont allés rester en Gambie où les conditions sont nettement meilleures que chez eux au Sénégal. Malgré tout, le Maire de Djibidione ne perd pas espoir, il compte sur l’état et les programmes comme le PSE ou encore le PPDC pour aider sa zone à redémarrer le moteur du développement par le désenclavement et la mise en place de certaines infrastructures sociales de base. Pour terminer notre entretien, le Maire a lancé ce cri de cœur en direction de l’état : « sans désenclavement, on ne peut parler d’émergence… sans ces infrastructures, nous ne pouvons pas être au rendez-vous de l’émergence car nous ne serons pas compétitifs »
Sans commentaire
L.Badiane pour xibaaru.com