Les mensonges de Sidiki Kaba… Ce qu’il disait en 2013 et ce qu’il dit en 2016

Il avait dit en novembre 2013, alors qu’il était sous le gouvernement de la dame de fer, Aminata Touré, ce qui suit : « Nous prévoyons au niveau de Sébikotane  (Région de Dakar) une prison d’une capacité d’accueil de 1500 places qui répondra aux normes internationales. D’autres sont prévues dans nombre de villes. Et d’ici 2015, il nous faut une architecture pénitentiaire qui nous permettra de répondre aux normes internationale »…

Et nous sommes en 2016…et rien du tout.

Et le ministre continue toujours ses dénégations sur les constructions modernes des prisons.

Me Sidiki Kaba qui présidait, samedi à Saly-Portudal la cérémonie officielle d’ouverture de l’assemblée générale de l’Union des magistrats du Sénégal, dont le portait sur « Justice de développement : le juge, acteur de développement » a dit ce qui suit : « Face à la situation de vétusté de la plupart des bâtiments, il faut impérativement accroître le parc immobilier pénitentiaire, afin de lutter contre la surpopulation carcérale, la promiscuité dans les cellules souvent facteurs de violences »

Entre l’architecture pénitentiaire de 2015 et le parc immobilier pénitentiaire de 2016…Il n’y a rien eu. Ce qui veut dire que le ministre ment.

Et Macky doit savoir tirer les conséquences. Un ministre pris en flagrant délit de mensonges doit être viré.

Xibaaru va vous remettre les propos de 2013…A vous de juger

Voici ce qu’une presse disait le jeudi 05 novembre 2013

Le ministre de la justice Me Sidiki Kaba a indiqué ce mercredi 04 novembre, lors de l’examen du budget de son département ministériel à l’Assemblée Nationale, que la construction de prisons modernes est une urgence du gouvernement du Premier ministre Aminata Touré.

Le garde des sceaux, ministre de la justice,  a en outre annoncé une batterie de mesures révolutionnaires qui s’inscrit dans le cadre de la réforme en cour du secteur de la justice. « Dans le projet de réforme que nous avons prévu, il est question de faire en sorte qu’il n’y est plus de longues détentions préventives », a-t-il déclaré. Dans la foulée, il a notamment annoncé  que les retours de parquet qui constituent une aberration seront supprimés. En ce qui concerne les crimes de sang, le ministre a en outre, souligné que le jugement doit intervenir dans les trois ans, au risque de voir caduc le mandat de dépôt. Très en verve, il a révélé la mise en liberté conditionnelle dans les heures qui suivent de quelque 47 détenus de droit commun,  ayant déjà purgés la moitié de leur peine.  » Ce sont des détenus qui se sont fait remarqué par un bon comportement », a-t-il laissé entendre. Dans le cadre de ces libertés conditionnelles, Me Sidiki Kaba espère ainsi élargir de prison quelque 800 détenus. « C’est un moyen de lutter contre surpopulation carcérale », a-t-il dit. Et le ministre de conclure, en rappelant que le Sénégal compte à l’heure actuelle 37 établissements pénitentiaires distillés sur l’ensemble du territoire national.

En 2016…Voici les propos du même ministre…Observez les différences

« Selon le ministre de la Justice, la réhabilitation et l’expansion progressive des infrastructures pénitentiaires est l’une des stratégies retenues par le gouvernement sénégalais pour améliorer les conditions de détention et réduire la surpopulation carcérale. Ces travaux coûtent chers et sont peu prisés par les partenaires internationaux. C’est pourquoi le ministère de la Justice développera, à partir de janvier 2017, un plan d’investissements sur cinq ans, afin de couvrir l’ensemble des lieux de détention », a annoncé le garde des Sceaux.
 Dans ce cadre, il est prévu la construction d’une Ecole nationale de l’administration pénitentiaire (ENAP), ainsi qu’une Ecole nationale de la magistrature dont les travaux vont coûter deux milliards de francs CFA.Ces infrastructures seront implantées à Diamniadio (sortie de Dakar), sur un site de trois hectares, a-t-il précisé, compte non tenu de la réhabilitation et l’équipement d’établissements pénitentiaires de 500 places, prévus sur toute l’étendue du territoire national. »
 Penda Sow pour xibaaru.com

1 Comment

  1. La règle est simple et toujours prouvée: quand les membres du pouvoir de Macky parlent, ou font écrire à la presse des 100, si vous vérifiez vous découvrirez des mensonges. Ils s’adressent toujours aux gens qui avalent sans réfléchir, c’est à dire les fanatisés.

Les commentaires sont fermés.