Les libéraux exigent la mise en place d’un Observatoire National pour la Transparence des Elections (ONTE)

Comme Diouf avait installé l’ONEL, et Wade la CENA pour l’organisation d’élections démocratiques, les libéraux demandent à Macky de mettre sur pied l’ONTE (Observatoire National pour la Transparence des Elections).
Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, la fédération nationale des cadres libéraux, après avoir constaté les fraudes pré-électorales sur l’ensemble du territoire, exigent la mise sur pied d’un observatoire pour la transparence des élections qui serait composé d’acteurs politiques, de ceux de la société civile ainsi que des représentants de leaders religieux…Communiqué ci-dessous

FEDERATION NATIONALE DES CADRES LIBERAUX

COMMUNIQUE DE PRESSE
La Fédération Nationale des Cadres Libéraux (FNCL) s’est réunie à l’effet d’examiner la vie intérieure du Parti Démocratique Sénégalais et la situation politique et socio-économique nationale.
Au chapitre de la vie du parti, la FNCL se félicite du début de réorganisation du parti matérialisé par le réaménagement du Secrétariat National par le frère Secrétaire Général National à qui les statuts et règlement intérieur du parti confèrent toutes les prérogatives dans ce sens. Aussi, encourage-t-elle les efforts déployés de part et d’autre pour l’unité et la redynamisation du Parti, seuls gages d’un retour au pouvoir. Par ailleurs, la FNCL exige du Président Macky SALL et de son régime une mise en application de l’avis du groupe de travail des Nations-Unies devant conduire inéluctablement et immédiatement à la libération de Karim WADE.
Relativement à la situation nationale, la FNCL regrette que depuis l’avènement de la deuxième alternance la situation politique, sociale et économique de notre pays ne fait que régresser de jour en jour.
A cet effet, la FNCL dénonce avec la dernière énergie les fraudes pré-électorales constatées sur l’ensemble du territoire national et appelle à la vigilance des tous les sénégalais et à  composés des acteurs politiques, de ceux de la société civile, des représentants de leaders religieux, entre autres. Dans le même ordre d’idées, la structure des cadres du PDS note, avec beaucoup de regret, le vote de la proposition de loi N°13/2015 modifiant le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale dont la partie relative au relèvement du nombre de députés exigé pour la constitution d’un groupe parlementaire ainsi que l’impossibilité pour un député démissionnaire de son groupe de rejoindre un autre, ce qui est synonyme d’un recul démocratique.
En outre, la FNCL, solidaire des familles victimes des démolitions à la cité Tobago, exige du gouvernement une enquête minutieuse et sérieuse dans ce drame social, pour mieux assumer sa responsabilité qu’aucun bouc émissaire ne saurait endosser à sa place. Elle exige aussi des sanctions exemplaires contre les délinquants fonciers nichés dans les arcanes du pouvoir.
La FNCL constate, avec la plupart des sénégalais, que la violation des droits et de la dignité des citoyens, la paupérisation des couches vulnérables, les scandales financiers et fonciers, principaux déterminants du bilan du Président de la République et érigés en règles de gouvernance à la place de la sobriété et de la transparence tant chantées.
Ainsi a-t-elle décidé d’élaborer et de mettre en œuvre un plan d’actions pour la libération de nos détenus politique- notamment celle du candidat de notre parti- à court terme et la fin du règne de ce régime moribond à moyen terme afin d’ abroger les souffrances des sénégalais.
Fait à Dakar, le 1er juillet 2015