Les Karimistes rendent hommage à Karim incarcéré depuis le 17 avril 2013

17Avril 2013 – 17 Avril 2016

3 ans en prison avec un stoïcisme et une dignité qui font la fierté de tes amis et sympathisants, de ta famille biologique et politique. Tu es de la Race des Grands hommes. Je suis sûre que ton père aurait eu profondément mal, n’aurait pas supporté l’emprisonnement de son unique fils si tu t’étais comporté d’une autre manière. Manière autre,  toutefois compréhensible, compte tenu des conditions difficiles du monde carcéral. Je pense qu’il a justement, eu une seconde jeunesse au vu de ton comportement. Cela l’a revigoré.

Qu’il ait attendu des preuves d’un quelconque  détournement, vol, pillage de notre économie et sans en voir une seule l’a requinqué. Il continuera donc à marcher la tête haute, comme un lion dans la savane. Gorgui le Lion le demeurera éternellement, parce que tu as su porter le flambeau de ce nom lourd à porter. C’est un lion, c’est vrai mais bien plus désormais : un « phénomène de la Nature » qui nous montre comment surpasser les difficultés de la vie.Tu as de qui tenir !

Il faut avoir connu Abdoulaye Wade et son épouse de près pour comprendre qui tu es, le sens de l’honneur qui t’a été inculqué, les valeurs qui sont tiennes.

Parfois certains pourraient croire que tu portes un gilet pare-balles et ne ressent ni peine, ni peur. Imperméable à la douleur ?! Non je ne le crois pas mais le fils de Abdoulaye Wade ne peut donner le même contenu à la souffrance que nous.

Moi j’étais sure de retrouver mon père en rentrant le soir. Pas toi. Tu as grandi pendant 26 ans dans ce que la politique a de plus vil:   l’injustice, la persécution, le harcèlement entre les arrestations et emprisonnements d’un père, parfois d’une mère.

Aujourd’hui ta souffrance est autre, elle transcende les combats politiciens : pourquoi ton pays répète les mêmes méthodes qu’il y a 30 ans, pourquoi ton pays n’avance pas à l’instar des dragons asiatiques, pourquoi en sommes-nous là 60 ans après les Indépendances,…Voilà tes souffrances. Elles sont bien plus profondes, bien plus structurelles que les nôtres.

En tout état de cause, nous sommes si heureux de voir un État avec toute sa puissance, les pays les plus avancés, la Banque mondiale avec Tracfin et j’en passe nous conforter dans ce que nous avons toujours dit et défendu : Hormis les biens et propriétés que tu leur a toi-même déclarés, ils sont incapables de nous montrer un seul kopeck nous appartenant et qui a été subtilisé.

Ce qui nous rend plus déterminés à t’accompagner c’est de te voir résistant à cette injustice sans nom, nageant dans un océan de grandeur. Cela me rappelle cette anecdote de Mbaye Pekh qui dit qu’à chaque fois qu’il demande au président Wade : amo yobanté Karim ?! Il lui répond : gueune ko yok niakheu moy kane, ki mou done, na xame bopam, xame fi mou diougué , Bou mou sibiro sakh na ko mougne, bou ko nitt yeuk, Bou mou seukeut !

Voilà qui tu es. Ils ne te connaissaient pas, ils t’ont découvert. Diomeu, fouleu, fayda sont des qualités qui se perdent et dont tu as su faire montre avec exemplarité.

Je suis heureuse de dire partout, cher frère, que tu es mon Candidat, la personne en qui je crois pour transformer fondamentalement mon pays.

Je prie pour ne pas avoir l’année prochaine à faire pareil post. Que Dieu te protège, digne Fils du Sénégal.

Nafi Diallo (photo avec Wade)

1 Comment

Les commentaires sont fermés.