Les Karimistes fêtent l’anniversaire de Karim…En faisant le procès de Macky Sall

Joyeux anniversaire Karim !

A l’occasion du 1er septembre, date anniversaire de notre candidat Karim Meïssa Wade, le Mouvement Karim Président se réjouit de lui souhaiter un joyeux anniversaire et demande aux militantes, militants, sympathisantes et sympathisants de se remobiliser pour continuer le combat pour l’élection de notre candidat à la présidentielle de 2019.

Nous comprenons cher candidat, que vous brûlez d’envie pour retrouver  votre chère patrie, afin de communier avec vos militants et sympathisants, rencontrer  les guides religieux et autres notables, à la tête des quels, se trouve votre marabout, le vénérable Sidy Mokhtar Mbacké, Khalife général des mourides.

Quant à nous, cher frère, nous restons sereins et plus  que jamais engagés à vos côtés pour remettre le pays sur les rails et vous permettre de parachever l’excellent travail que notre maître, le frère Abdoulaye Wade avait déjà bien commencé dans les  différentes contrées du Sénégal. Les Sénégalais sont confiants quant à vos capacités avérées à les sortir de cette parenthèse cahoteuse que nous vivons depuis mars 2012.

Les tenants actuels du pouvoir s’agitent  et perdent leur sang-froid : des seconds couteaux font leur cinéma devant les médias et s’exercent à transformer notre îlot de démocratie en un Goulag des temps modernes. Les libertés d’expression sont bâillonnées : Le Colonel Abdoul Aziz Ndao, le Commissaire Keïta, l’ancienne Directrice générale de l’Ofnac, Mme Nafi Ngom Keïta et plus récemment, le désormais ancien inspecteur des Impôts, Ousmane Sonko, sont passés à la trappe pour avoir refusé de se taire devant la valse des dérives qui rythment notre quotidien… La double nationalité est remise sur le tapis par des nervis, capables d’enterrer la République. Subrepticement, le projet de loi sur le  fichier électoral a été présenté à l’Assemblée « nationale » et votée par la majorité mécanique, faisant fi du consensus qui a toujours guidé les réformes électorales de Diouf à Abdoulaye Wade, rompant ainsi unilatéralement, le pacte du dialogue national inauguré, à  grande pompe, depuis le 28 mai 2016 !

Le chômage galopant qui a fini de vider l’espoir des jeunes sénégalais, continue d’engouffrer des milliers de nos jeunes compatriotes dans les méandres de la mer, avec comme slogan : « Barça ou Barzaq ». Les pauvres paysans souffrent le martyr, en faisant les frais d’une mauvaise politique agricole, faite de slogans creux et sans effets réels. Le tourisme est mort depuis belle lurette et les hôteliers qui tentent de résister, ne gèrent plus que des réceptifs déserts.

En un mot, les Sénégalais sont fatigués et le Sénégal est aujourd’hui sur une mauvaise pente où tous les signaux sont rouges. Pourtant, il  ne faudrait jamais baisser  les bras, car l’espoir pointe déjà à l’horizon de 2019. Et peut-être, bien avant avec les législatives de 2017.

AMINA SAKHO

Président du Mouvement Karim Président