L’Empereur de la Gambie a peur…Ça sent la fin atroce comme la mort de Samuel Doe, le Tyran

Dans un pouvoir, il y a un moment de gloire…Et un temps pour la chute ! Et ça sent le début de la fin pour l’homme aux multiples titres, Sheikh Professor Alhaji Dr. Yahya Abdul-Aziz Awal Jemus Junkung Jammeh Naasiru Deen Babili Mansa.

Selon plusieurs médias, le Sheikh Professor-Docteur-guérisseur autoproclamé du SIDA a mis sa famille à l’abri au Royaume du Maroc. Un signe de PEUR…

Son fils qui était toujours dans l’inconnu s’est fait connaître au grand jour en menaçant part un tweet les populations gambiennes de ré »pressions féroces…Un signe de PANIQUE.

Quand la peur et la panique s’emparent d’un pouvoir, alors c’est la FIN qui est proche.

Yahya Jammeh comme Samuel Doe

Le tyran Samuel Doe du Libéria est arrivé au pouvoir par les armes et il a péri par les armes…mais de manière atroce. Un extrait de la mort de Samuel Doe par Jeune Afrique. Un article signé Sennen Andriamirado et publié dans J.A. n° 1553, du 3 au 9 octobre 1990.

samuel doe« En cette fin d’après-midi de ce 9 septembre, les rebelles ont traversé la capitale en criant: « Nous avons capturé Doe.» Le président captif a les mains liées derrière le dos. Il n’a plus ni protecteurs ni protections : ses gardes ont été tués ; ses gri-gri arrachés. Un rebelle, à la machette, lui coupe les deux oreilles. Un autre lui balafre le visage. Et on va le soumettre à l’interrogatoire.

Ses doigts sont brisés, ses parties génitales broyées. Il avoue tout : sa fortune, l’adresse de ses banques, la cachette de certains de ses proches. Samuel Doe est à bout. Ses larmes se mélangent au sang qui dégouline de sa bouche. Il crie, il essaie de calmer ses douleurs. Par réflexe, sa tête se renverse sur son torse. Il pousse un gros soupir. Un rebelle, croyant qu’il essaie ainsi de faire appel à un dernier gri-gri pour devenir invisible, lui tire une dernière rafale en pleine tête…Samuel Kanyon Doe meure comme il a vécu. Horriblement.

Le lendemain lundi 10 septembre, son corps mutilé, est promené dans une brouette à travers Monrovia. On expose le monstre monstrueusement tué. Doe est mort. Ça ne suffit pas. Il faut le démontrer. Donc montrer son corps. Cet homme avait sauvagement tué et fait tuer ceux qu’il avait renversé en 1980 ; cet homme avait fait mutiler ses adversaires et exposer leur cadavre. Ses tueurs feront de même »

Yahya Jammeh finira comme Samuel Doe et il le sait. Sa famille au Maroc ne risque plus rien car le ROI en commandeur des Musulmans est généreux et différent de lui, le gambien tyrannique qui persécute son peuple et retient en otages des étrangers (Américains, Sénégalais etc…)

L’histoire ne ment pas et  la Sainte BIBLE a toujours raison…Mathieu 26 : « Et voici, un de ceux qui étaient avec Jésus, étendit la main, et tira son épée; il frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui emporta l’oreille. 52Alors Jésus lui dit: Remets ton épée à sa place; car tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée. 53Penses-tu que je ne puisse pas invoquer mon Père, qui me donnerait à l’instant plus de douze légions d’anges?… »

Jammeh a régné par l’épée dans la terreur…Et il périra par l’épée dans la terreur.

Penda Sow pour xibaaru.com

1 Comment

  1. C’est une honte qu’un africain fanfaronne de la mort de Samuel Doe. Il fallait s’intéresser au lendemain de la vie des libériens après cette mort, et jusqu’à ce jour. Aucune paix, aucun développement, aucune démocratie, en fait rien. Il n’y a que la haine entre libériens que cette mort a entraîné qui sévit jusqu’au jour d’aujourd’hui. L’Afrique commencera à se développer le jour où ses fils comprendront ce système de haine que le blanc distille entre nous, en levant chaque jour les uns contre les autres. Et au moment de cette levée chacun se croit intelligent en détestant l’autre et en tentant de le justifier.

Les commentaires sont fermés.