Le show des ministres qui brûlent tout en Casamance

Pour lutter contre le trafic et l’exploitation illicites du bois en Casamance, l’état du Sénégal a choisi « la méthode forte » pour dissuader les auteurs de ces crimes sur l’environnement. L’idée est géniale, oui, il faut faire quelque chose pour barrer la route à ces délinquants mais comment et avec quels moyens ? On a l’impression que la réponse proposée est très en deçà de l’ampleur des dégâts et elle est plutôt surprenante et inappropriée. Qu’est-ce que 120 pauvres charrettes incinérées peuvent faire devant une agression internationale des forêts casamançaises. En plus, ces charrettes sont saisies depuis très longtemps pour la plupart et pourtant les machines des scieries clandestines « légalisées » ne cessent de tourner au vu et au su de tout le monde. Chaque semaine, des camions quittent la Casamance remplis de bois d’œuvre en direction d’autres localités du pays. Mais d’ailleurs pourquoi brûler des charrettes des vélos, des motos et des véhicules ? Quelle loi a dit qu’il agir comme cela ? Est-ce le code forestier ou est-ce que c’est une loi fabriquée au cours de la récente visite conjointe des ministres de l’intérieur et de la sécurité publique, de l’environnement et des forces armées. Et puis, trois ministres ensemble pour aller brûler des charrettes, quel gâchis ? Après qu’est-ce qu’ils vont se dire dans l’avion qui ramène à Dakar ? Peut-être que le Ministre des forces armées a dit à ses collègue ; « on les a bien brûlé »

 

L.BADIANE pour xibaaru.com