Le Sénégal sous Macky…Une démocratie en panne, otage de ses élites politiques

Où va le SENEGAL ? C’est la grande question qui mérite qu’on se la pose. Ce qui m’étonne le plus est l’incurie manifeste et l’incompétence insolente des soi disant élites qui nous dirigent. Nul ne peut comprendre comment elles passent du statut d’experts pertinents et avisés quand elles sont dans l’opposition à celui de tocards prétentieux et imbus d’eux-mêmes une fois au pouvoir!
« La critique est facile mais l’art est difficile me dira-t-on », mais est ce que l’on est véritablement prêt à adopter les comportements d’un pays qui souhaite sortir du sous développement et changer sa situation de pays structurellement assisté ?
A peine est-on élu chez nous que le plus souvent l’on se débarrasse du jour au lendemain de ses soutiens des premières heures ; sous prétexte d’élargir son cercle de souteneurs, l’on va même jusqu’à recruter les opposants les plus irréductibles du camp adverse, et on se fabrique un nouveau cercle de soutiens censés apporter l’expertise manquante à la mise en œuvre de sa vision.
La plupart du temps, l’on va recruter ceux qui avaient accompagné le président sortant, jusqu’au lendemain de sa chute.
On oublie du jour au lendemain ses résolutions solennelles, on change de discours, on s’empresse de tailler une subvention occulte à la presse dite représentative pour acheter son silence, ainsi que celui des transhumants en puissance qui n’ont de représentativité que leurs discours alarmants !
Ce système suranné, nous avons candidement cru que MACKY né après les indépendances et soucieux de changer le SENEGAL-au vu des persécutions et autres humiliations qu’il avait subies- allait y mettre fin. Nous y avons tellement cru que nous n’avions pas prêté attention aux discours d’un SOULEYMANE JULES DIOP exceptionnellement visionnaire qui avait pourtant bien campé la personnalité du personnage, renforcé en cela par un LATIF COULIBALY pertinent à l’époque.
Nul ne souhaite à MACKY d’échouer. Car cela signifie que notre pays aura reculé sur tous les points. Car qui n’avance pas recule, assurément.
Mais c’est que MACKY décidément ne fait absolument rien pour donner des raisons de croire en lui.
Il a recueilli sous son aile protectrice tous les déchets et rebuts de la vie politique, ainsi que certains parmi les plus grands prévaricateurs de deniers publics de l’ancien régime. Il l’a dit d’ailleurs lui-même : comme Me WADE en effet, il a mis certains dossiers sous le coude pour éviter une suite judiciaire à l’audit sur la gestion de certains de ses nouveaux souteneurs, et autres compagnons de traversée du désert.
Les mêmes pratiques sont là : MACKY parle de changements, de lutte contre la corruption, mais ce ne sont que des mots, des slogans kleenex, jamais suivis d’effets.
Avec Me MWADE, il y avait au moins un calendrier républicain clair, avec des échéances fixées et confirmées. Aujourd’hui nul ne sait pour le moment quand aura lieu la prochaine élection présidentielle. Au vu de la situation, tout laisse croire que MACKY se prépare en fait pour 2019.
Nous ne pouvons espérer pour 2017 que la tenue des législatives. Et dans le cas où sa coalition serait battue lors de ces échéances, il aura alors deux années pour mettre en place une coalition capable de l’aider à remporter la présidentielle de 2019. Si cela advenait, MACKY espère réussir à bâtir une coalition présidentielle qui lui fera éviter une cohabitation jusqu’en 2019. Pour ce qui concerne le PDS, gageons que le sort de KARIM WADE servira de carte maitresse dans les négociations s’il devait être obligé de se rabibocher avec le PDS, pour maintenir l’Assemblée nationale sous sa coupe réglée.
Si malheureusement pour lui c’est le REWMI d’IDRISSA SECK qui remporte la mise, gare à lui, et à l’instabilité institutionnelle !
Je ne donne cependant pas cher pour la peau de MACKY si l’opposition représentative réussit à surmonter ses contradictions pour présenter une liste unique aux législatives !
Cela veut donc dire que quelle que soit la situation politique qui découlera de la décision de MACKY d’aller aux élections en 2019, les échéances de 2017 marqueront un tournant décisif dans sa carrière politique dont elles marqueront le début du crépuscule, s’il n’y prend garde.
Aujourd’hui en marchant sur les traces de Me WADE dans la manière dont il gère le dossier KHALIFA SALL qui joue à fond la carte de la victimisation, il est en train de décupler le capital sympathie envers le maire de Dakar. Et malheureusement, ni lui ni ses affidés n’arrivent à lire les signaux annonciateurs d’un début de fin de règne potentielle, au vu de l’expérience sénégalaise en la matière : tous les régimes qui ont perdu la capitale nationale lors des dernières locales avant la présidentielle suivante ont perdu le pouvoir.
En persistant dans la personnalisation de l’application de l’Acte III de la Décentralisation, MACKY pose les jalons d’une future défaite aux législatives de 2017 avant son éviction du pouvoir, en 2019.
Au lieu de continuer à se fourvoyer dans cette voie, le bons sens qui est décidément la chose la moins partagée au SENEGAL commande que MACKY se consacre d’abord à faire reculer la pauvreté, en apportant des solutions aux problèmes cruciaux des sénégalais : se soigner correctement, se loger décemment, étudier dans des conditions normales, et avoir un boulot, quel qu’il soit !
Pourquoi cela est-il tellement difficile que le régime mackyen se voit obligé de se constituer une Presse des 100 suffisamment payée pour s’auto censurer, en subvertissant la réalité pour cacher la déliquescence totale du système et l’étendue de la misère d’une population aux abois frappée par la misère généralisée?
Pourquoi MACKY cible t-il avec autant de haine le PDS au point de les emprisonner à la chaine ? qu’est ce que cela peut vraiment lui apporter plus que se s’élever au dessus des attaques politiques auxquelles il peut répondre par mieux qu’un séjour tous frais payés pour les pourfendeurs de son régime à Reubeuss ?
Pourquoi MACKY est –il tant réfractaire à la critique au point d’amadouer des vieillards aussi amortis que DJIBO KA pour les intégrer dans son régime ?
Les sénégalais ne veulent que la paix, et d’ailleurs, sans cette paix, comment pourrait-il y avoir un dialogue politique constructif ? MACKY ne peut pas faire l’économie de rencontres avec l’opposition représentative : ABDOU DIOUF, son nouveau mentor n’a jamais hésité à aller vers l’opposition incarnée par l’irréductible Me WADE, son ex mentor ; pour l’intérêt et la stabilité du pays, ils se sont toujours retrouvés. Et d’ailleurs, c’est de ces négociations que le Code électoral consensuel est sorti, que l’encre indélébile a été adoptée et que la CENA a été créée pour veiller sur la clarté du processus électoral.
Simplement à l’époque, des médiateurs sociaux qui étaient des références n’avaient jamais cessé d’œuvrer pour la pacification de l’espace politique. Aujourd’hui ces médiateurs n’existent plus, ou ceux qui devraient incarner ces positions sont soit invisibles, soit si profondément en atomes crochus avec MACKY qu’ils sont dans l’incapacité d’assumer un rôle de contre pouvoir, en leur qualité de dépositaires de l’autorité spirituelle, pour être les contre poids de son pouvoir temporel.
Cela est dangereux pour notre pays, et surtout pour MACKY : quand le peuple se rebiffera et rejoindra l’opposition dans son combat, il n’aura personne vers qui se tourner pour réunir les différents acteurs de l’opposition laissés à eux-mêmes en ce moment, dans leur combat contre lui, autour d’une table, pour régler les problèmes qui découleront de ses actes du moment.
Ce n’est pas en effet la position de pouvoir qui détermine le rapport de forces. Me WADE avait tous les pouvoirs, jusqu’au jour où le peuple excédé a dit non et s’est levé comme un seul homme pour mettre fin à ses dérives autocratiques. Faute de médiateurs consensuels, le problème s’était réglé dans la rue avec les morts que nous pleurons jusqu’à présent. MACKY n’en ignore rien absolument, surtout qu’il vient de récupérer l’un des principaux acteurs de la chienlit d’alors, dans son giron politique.
Les mêmes causes produiront les mêmes effets, c’est sûr !
Cissé Kane NDAO
Président de l’Alliance Démocratique pour la République

1 Comment

Les commentaires sont fermés.