Le Sénégal émergent, le taux de croissance émergent…Alors pourquoi un dialogue national ?

Derrière le dialogue national doit se cacher un dialogue politique démocratique et sincère…

Selon la mouvance présidentielle :

Le pays va bien, la croissance est forte et nous sommes en train d’émerger.

En 2015, la croissance a atteint 6,5%, nous avons aussi atteint un record dans la production céréalière avec 1.200.000 tonnes d’arachide.

Le projet politique et économique (PSE) du Président est dans sa phase d’exécution.

L’acte III a été imposé et la révision de la constitution a été promulguée.

Alors, sur quoi devons-nous donc dialoguer si ce n’est surtout l’apaisement de la situation politique tendue ?

Le référendum est certainement passé par là. L’analyse des résultats a poussé le chef de l’état à lancer cette consultation pour un dialogue soi-disant sur l’intérêt national.

Le seul dialogue qui a un sens, c’est le dialogue politique.

Les problèmes que nous sommes obligés de régler ensemble sont :

– la stabilisation du fichier électoral

– la révision de la carte (les centres et les bureaux de vote)

– la révision du code électoral (le mode de scrutin pour les législatives, le nombre de députés, les députés des sénégalais, …)

– la sélection des élus et conseillers qui doivent siéger au Haut Conseil des collectivités Territoriales

– la rédaction du statut de l’opposition

– la détermination du et de chef de l’opposition

– la libération des détenus politique

Voilà,  selon moi,  les points qui nécessitent un dialogue sérieux et sincère.

Modou Fall

Degg Moo Woor