Le régime de Macky vomit Yahya Jammeh…Des injures et encore des injures contre le dictateur

(Xibaaru.com)–Défense, attaque ou provocation ? On ne sait plus quoi dire de la stratégie du gouvernement à l’encontre du régime de Yahya Jammeh de la Gambie.

Tout le monde sait que Jammeh dirige son pays de main de tyran depuis plus de deux décennies. Et le Sénégal a toujours laissé faire. De Diouf à Wade, le Sénégal a toujours cajolé ce dictateur, qui au fil du temps, a cru qu’il était un envoyé de DIEU qui a des pouvoirs mystiques et droit de vie et de mort sur ses sujets, les pauvres gambiens.

Et sachant que ce despote peut tuer toute une partie de la Gambie en se prenant pour l’envoyé de DIEU sur terre pour sauver l’ISLAM, les dirigeants sénégalais n’ont aucune stratégie pour contenir les dérives de ce dictateur. Le président Sénégalais se tait. Son ministre des Affaires étrangères oublie même la Gambie. Et pendant ce temps, ce sont les seconds couteaux du régime qui se transforment soit en médiateurs soit en insulteurs.

Un petit joueur de Foot devenu ambassadeur itinérant de Macky se fait le médiateur d’une crise aussi sérieuse en profitant d’une virée nocturne pour rendre visite au dictateur.

Un politicien Moustapha Diakhaté, président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle qui s’en prend à Yahya Jammeh. Et maintenant l’ancien conseil en com’ de Macky qui insulte copieusement Yahya Jammeh

Dans une interview accordée à nos confrères de Seneweb,

Abou Abel Thiam, Président du Conseil de surveillance de l’Autorité de régulation des postes et télécommunications (Artp) et ancien porte-parole du Président de la République, a qualifié de « mauvais pour l’image africain ».  Voici ce qu’il dit de Jammeh…Des mots durs :

« La situation entre la Gambie et le Sénégal est tout d’abord une situation de paradoxe. Voilà deux pays qui devraient s’entendre compte tenu de ce qu’ils partagent au plan historique, mais aussi sur le plan du positionnement géographique. À la place, ils se retrouvent dans des difficultés récurrentes de cohabitation. C’est dommage. Le Président Yahya Jammeh est parvenu à une chose : celle de renverser l’ordre et la configuration entre le Sénégal et la Gambie. Si vous regardez bien la carte, le Sénégal environne la Gambie et s’il y a quelqu’un qui devait avoir une sensation d’étouffement c’est bien le territoire gambien.

Mais par la géopolitique, par son hostilité et son bellicisme, le Président gambien est parvenu à inverser les choses et aujourd’hui c’est le Sénégal qui est étouffé par la Gambie. La région sud, c’est-à-dire Ziguinchor et Tambacounda, est en proie à des difficultés qui trouvent leur origine dans les agissements du régime gambien. Au final, la Casamance est beaucoup plus enclavée, elle est beaucoup plus en proie à des difficultés que la Gambie compte tenu de son positionnement entre cette République de Gambie et la Guinée-Bissau qui est plus au Sud. Le Président Yahya Jammeh est un cas.

C’est un cas psychanalytique, mais aussi un cas politique parce que ses agissements relèvent d’une insulte aux Africains. C’est également un cas parce que son comportement est mauvais pour l’image de l’Africain. C’est une affaire douloureuse (ce qui se passe en Gambie, NDLR) pour le peuple gambien. C’est une affaire pénible pour le Sénégal. Nous avons hâte qu’une solution soit trouvée.

À propos du président Yaya Jammeh, je relève qu’il est arrivé à la tête de la Gambie, c’est à dire d’un Etat et d’une Nation, à un âge où il n’était même pas susceptible de fonder un foyer. Il a pris le pouvoir à l’âge de 27 ou 28 ans. Depuis lors, il est à la tête de la Gambie avec des déclarations loufoques qui consistent notamment à dire qu’il sait faire des miracles comme soigner le Sida. Le meilleur des miracles qu’il pourrait faire aujourd’hui c’est de revoir sa façon de faire. On a honte du président Jammeh en tant qu’Africain. »

1 Comment

  1. Je crois que le sénégalais actuel est mal placé pour parler de la « tyrannie » de Jammeh. Macky Sall aussi dirige le Sénégal de main de tyran depuis 2012. Et il dit (ou fait dire) qu’il n’a d’injonctions à recevoir de personne. Il dit que le Sénégal est un pays souverain à l’intérieur duquel le président a les prérogatives d’être un parfait tyran sans que la CEDEAO, l’ONU, ou tout autre président de tout autre pays du monde n’ait le droit d’y trouver rien à redire. Mais alors, pourquoi Jammeh ne peut avoir dans son pays les mêmes « droits » que Macky Sall a dans son pays ?

Les commentaires sont fermés.