Le PDS ne fait pas de différence entre Macky et Jammeh…C’est le croisement de l’erreur et de la terreur

CHRONIQUE DE L’EMMERGENCE DE 2 FRERES SIAMOIS ANTIDEMOCRATIQUE

« Dans l’univers des illusionnistes carencés, l’on est ce que les autres voudraient que l’on soit » selon Dr Seck

A titre personnel, me demander de faire le choix entre MACKY et JAMMEH, c’est me proposer de faire le choix entre le choix du pire et le pire des choix ?

Le Sénégal et la Gambie ont un seul problème qui se nomme Macky Jammeh pour compléter le tonitruant député Moustapha Diakhaté.

Macky et Jammeh se confondent sur le plan politico-génétique, de par leurs gènes dominants à l’origine de leur processus d’accession au pouvoir.

Ancien soldat subalterne de l’armée gambienne Yaya Jammeh est devenu aujourd’hui l’un des pires tyrans africains. Arrivé au pouvoir  à la suite d’un putsch en juillet 1994 en compagnie d’une équipe de jeunes officiers hilarants, Yaya Jammeh règne, aujourd’hui, en main de fer sur ce petit Etat considéré comme l’un des plus pauvres de la planète.

Il affiche clairement son mépris au peuple Gambien et à tous ceux qui osent encore le contredire et n’a aucun scrupule à écraser, rabaisser ou même tuer ses hommes de main qui pourtant l’idolâtre à en perdre la vie pour sauver la sienne. De quoi rajouter à l’horreur et au dégoût ressenti pour cet homme si infâme et sanguinaire.

A côté, le prétexte de la dévolution monarchique achetée à coup de milliards d’argent sale de la drogue, du dopage, de la corruption par la camorra DIACKLEYEV, a vu MACKY sortir du lot des tricheurs estampillés « made in Black DIACK »

Dés lors qu’il est persuadé que son processus d’élection est illégitime, l’ancien prolétaire de KHAR YALLA-Derklé se prend pour le grand prêtre de l’humanité qui condamne quiconque qui ne va pas dans son sens.

Le seul serment qu’il s’est promis de respecter après son reniement planétaire, c’est de réduire son opposition à sa plus simple expression car il est plombé par son « péché originel » : la négation de son incapacité à diriger ce pays durant sa campagne.
Élu sur ce mensonge, il ne dispose plus de la moindre crédibilité : pas de bon médecin sans bon diagnostic.

Il en résulte, si nous portons un regard croisé sur le plan « politico-génétique» entre ces deux Dindonneaux de la farce, l’on s’aperçoit que le croisement de l’erreur et de la terreur obéit à la première Loi de Gregor Mendel (père de la génétique) ou Loi de l’uniformité des hybrides de la 1ére génération :

« Si l’on croise 2 races pures distinctes par un seul caractère, tous les descendants de la première génération, qui sont appelés hybride F1, sont identiques »

Par conséquent le croisement de l’erreur et de la terreur ne peut que produire le MACKY JAMMEH de race pure.

Alors, l’on comprend mieux pourquoi la machine diplomatique de la CEDEAO reste grippée et le paradoxe est que, c’est Mr Macky Sall qui en est le porte étendard mais apparemment en carton. Mais cela peut trouver son explication si nous voudrions bien convoquer cette Loi de la Physique qui nous dit que : « 2 charges de même signe se repoussent et 2 charges de signe contraire s’attirent »

Or, il se trouve que Macky et Jammeh sont de mêmes charges (chargés négativement) et émettent sur la même longueur d’onde en termes de vision cynique du pouvoir.

Donc rien de nouveau sous le soleil, Mr Macky Sall devait être le première à se prononcer sur la crise Gambienne mais il a préféré être le premier à se taire et le dernier en a parlé parce que lui c’est MACKY JAMMEH.

D’autant plus, il me semble improbable de pouvoir assister aux échanges entre un sourd sanguinaire et un muet étourdi, car pour discuter, il faudra un émetteur et un récepteur et dans ces conditions, inutile de chercher la bonne fréquence car cela ne servira à rien et pendant ce temps c’est les 2 peuples de la Sénégambie qui vont en pâtir.

Là, nous y sommes. Pendant que le Macky Jammeh semble sortir de sa convalescence pour avoir naïvement joué pendant 4 ans avec le virus du mensonge qui l’a finalement envoyé au lit de la légèreté morale, dans un service spécialisé et mis en quarantaine,

L’on comprend mieux pourquoi le pays est en arrêt et que Macky Jammeh passe pour être le plus grand escroc vis à vis de son peuple : c’est l’Erreur qui nous gouverne.

Tout ce que lui et son gouvernement répètent à l’envie, se fracassent sur le mur de la réalité. Aucune branche à laquelle s’accrocher, tout est contes, mécomptes, slogans, illusions et mensonges à tous les niveaux.

On est à l’ère du rétropédalage, à la chienlit à la mascarade, au corso carnavalesque.

On se déguise en pierrot, en arlequin, en colombine ou en grotesque pour échapper à la mort en référence à Jean Giono dans le « Hussard sur le toit »

Macky Jammeh a des côtés enfantins : Quand il ne peut plus mentir, il se raconte des histoires et des stratagèmes de l’échecs. Nul besoin d’être psychologue pour s’en apercevoir : l’une des poésie de l’enfance, c’est son inventivité face au mensonge.

Macky Jammeh n’a jamais était à l’initiative, même du temps de Me Wade, mais c’est quelqu’un qu’on instruit de faire, toujours faire par faiblesse  et qu’il compense par un égo surdimensionné.

Confronté à l’évidence non-existence des accusations abracadabrantesques portés sur le personne de KARIM WADE dont le supposé enrichissement illicite intangible fut l’argument de sa séquestration arbitraire, l’hôte de la forêt des peur Bleues nous objecte ainsi un personnage de conte pour enfant, frère d’ogre et cousin de « KORE KIPITI KORE » Maréme « Képpe », un homme léger tout simplement qui veut gérer le pays en mode « BARA YEGGO » et  qui s’est fait entrainer par une bande de globe trotteurs haineux portant le mensonge en bandoulière pour avancer et lui faire miroiter des chiffres stratosphériques avec une mise de départ de 4000 milliards.

La suite, le peuple le connaît et se passe de commentaires :

Certes, s’il n’a pas été déclaré cliniquement fou, MACKY JAMMEH  aura au moins illustré une pathologie indéniable du pouvoir. Mais l’important n’est pas là puisque, après tout, cet obsédé de Karim, l’a jugé et séquestrer au nom d’une raison politique fût-elle exclusivement la sienne. Ce qui fait sens plutôt, dans cette échappée loin des réalités, c’est ce voisinage du mensonge et de la folie. D’une folie remise à sa place la plus caricaturale, celle du musèlement de tout opposant à ce régime qu’il faut extirper, éradiquer, supprimer, tandis qu’en face le mensonge d’état devient faute vénielle, ruse de guerre aux opposants, broutille et gaminerie.

Ceci se traduit par l’inélégance avec une violence inouïs de Macky Jammeh de vouloir toujours s’attaquer à des Femmes de valeurs, digne et qui n’ont jamais mentis à leurs administrés à l’image d’AÏDA MBodji, AÏSSATAL Sall, AÏDA Diongue que son régime jettent en pâture dans l’injustice la plus totale.

Au même moment, Macky Jammeh en véritable astronaute d’eau douce n’a pas trouvé mieux que d’emprunter les coordonnées négatives pour forer en zone offshore afin de mazouter son jeune frère ALIOU Sall (ancien Pigiste qui touché 50 Fr CFA la ligne à Walfadrji d’après Sidi Lamine Niasse) qui pèse 200 Milliards de nos francs juste 4 mois après son élection avec notre pétrole.

Il va s’en dire que, si nous laissons faire celui qui incarne l’erreur et la terreur des temps modernes, c’est que nous en sommes au degré zéro de notre capacité d’indignation face à toutes ces forfaitures qu’endosse MACKY JAMMEH qui n’a d’œil que pour KARIM WADE et nos vaillantes Femmes.

Et si ABOU Abel Thiam qualifie Jammeh de cas Psychanalytique, par ricocher Macky Jammeh est forcément un Psychopathe patenté, certifié et conforme à l’image de ses pratiques antidémocratiques.

Dans tous les cas, le pari de Paris et de toute la Diaspora, c’est de porter haut ce combat pour mettre fin au règne du nouveau Hybride Macky Jammeh avec sa bande de Borgnes et de paralytiques qui se font passer pour des champions de cross.

Dr Seck Mamadou

Cadre Libéral- Paris

1 Comment

  1. ça c’est grave nioune wa Agnam on est pas concrené ni par macky ,ni par Jammeh c’est tous des dictateurs sociaux

Les commentaires sont fermés.