Le PDS de Touba à Wade : « Nous exigeons des places…Et nous n’accepterons plus d’élire des responsables qui… »

Une véritable déclaration de reconnaissance des libéraux de Touba à l’endroit des plus hauts responsables du PDS, en premier lieu au secrétaire Général National du PDS, Me Abdoulaye Wade.

Les libéraux de Touba sous la houlette de Serigne Fallou Mbacké exigent plus d’égards de la part du PDS. Lors d’une conférence de presse ténue hier, ces libéraux ont exigé d’être récompensés à hauteur des efforts fournis pour faire triompher le parti dans la ville sainte quelle que soit l’échéance électorale à laquelle ils sont confrontés. Ces libéraux ont fait plébisciter le NON à 80% dans le département de Mbacké…Raison pour laquelle, ils ne veulent plus être laissés en rade…Voici la déclaration du PDS de Touba

Fédération PDS  de Touba

DECLARATION LIMINAIRE DU POINT DE PRESSE DU 27 MARS 2017

Sénégalaises, Sénégalais,

Une semaine après le referendum du 20 mars 2016, l’heure est venue de tirer les premiers enseignements de cette consultation historique, à plus d’un titre.

En effet, jamais dans l’histoire politique de notre pays, un referendum n’aura été aussi impopulaire : 60% de la population sénégalaise ont préféré boycotter cette consultation, marquant ainsi son refus de participer à une parodie de démocratie, pour un referendum vidé de sa quintessence.

Si on y ajoute 45% des électeurs qui ont voté NON, ce referendum est un sérieux avertissement adressé par le peuple sénégalais au régime de Macky Sall. Les sénégalais en effet sont fatigués, et ils ont tenu à  le montrer  à l’occasion de cette consultation.

Comme à son habitude le département de Mbacké a été à la hauteur de l’événement, en plébiscitant le NON, à près de 80%.

Toutes les couches sociales du département, les  militants du PDS, les autres forces de la coalition du NON, les simples citoyens, les enseignants coraniques et les dignitaires religieux se sont mobilisés comme un seul homme, pour rejeter avec détermination le projet de referendum soumis à leurs votes.

Au nom du PDS et de la coalition du NON dont je suis le coordonnateur, je les remercie pour leur courage, et  je les félicite pour leur engagement spontané, manifesté à chaque fois que nous les avons sollicités.

Cette marque de confiance et cette mobilisation permanente mérite d’être saluée. Elle mérite surtout d’être prise en compte désormais, par les plus hautes autorités du PDS.

Aujourd’hui plus que jamais en effet, le département de Mbacké, et Touba en premier est le fer de lance du PDS. Les résultats éclatants que nous venons d’engranger le prouvent encore une fois, après le triomphe des dernières élections locales.

Forts de cette légitimité renouvelée et réaffirmée en ces circonstances, nous exigeons dorénavant une plus grande représentativité dans les instances nationales, en figurant aux places qui nous reviennent de droit, à l’occasion des consultations électorales nationales.

Nous n’accepterons plus d’élire des responsables prétendument nationaux, qui se pressent de transhumer, une fois élus dans des institutions comme l’Assemblée nationale.

Ceux qui détiennent la légitimité à la base et qui remportent les élections doivent être promus aux postes de responsabilité, dans les instances nationales. C’est une exigence souveraine que nous entendons faire valoir, sans concession.

Nous invitons les responsables de la coalition du NON à pérenniser notre unité d’action, en perspective des prochaines élections législatives.

Le Sénégal est notre pays à tous. De tous temps, le dialogue et la concertation ont été toujours privilégiés, pour l’intérêt supérieur des populations toutes entières, et le renforcement de notre démocratie.

Sous cet auspice, nous prêtons une attention particulière à la volonté exprimée  du Président de la République d’inscrire le dialogue avec les forces vives de la Nation dans son agenda politique.

Au vu de la situation actuelle, et au sortir d’un referendum qui constitue un signal solennel envoyé par toutes les composantes de notre pays à l’endroit du régime en place, un dialogue est la voix la plus sage, et la plus indiquée, mais seulement si ce dialogue voulu par le Président de la République est sincère, et constructif.

Vive le Sénégal !

Vive le PDS !

Je vous remercie de votre aimable attention.

Serigne Fallou MBACKE

1 Comment

  1. 12 381 bureaux de vote annonce le ministère de l’intérieur pour donner aux sénégalais ce qu’il y a comme cartographie électorale du Sénégal.
    13 594 bureaux de vote déclare le juge pour annoncer les résultats. Durant le processus de vote, les bureaux ont augmenté de 1 213. Avec une moyenne de 500 électeurs par bureaux, c’est pas moins de 606 500 votes fictifs qui ont été comptabilisé pour le OUI. Ce qui permet de voler la victoire du NON pour la donner au OUI et de hausser le taux de participation.
    Face à ces évidences incontestables, je n’attend des fanatisés que des « va chercher du boulot », « tu es hors sujet », « le référendum est derrière nous », « tu ne peux digérer ta défaite », etc, etc. Tout ce qui peut détourner du sujet est le bien venu. Le seul argument possible, c’est le refus d’argumenter, un gros « Maa tey ». Une vérité s’affiche plus clairement: ces réformes sont obligatoires à Macky à tout prix, même au prix du gonflement des bureaux de vote. La raison de ce référendum n’est pas encore dite au peuple sénégalais.
    NB
    Je soupçonne que ni le juge, ni un autre du pouvoir n’ira aborder ce sujet pour tenter une explication de ces 1213 bureaux de vote fictifs. Ils tenteront, comme a commencé de le faire Mimi Touré, de noyer l’affaire par le lancement de d’autres sujets dans les titres des médias. Quitte à payer. Nous aurons prochainement beaucoup de titres sur le statut de l’opposition, le chef de l’opposition, Tant de milliards « investis par telle banque, un joli chiffre offert par le FMI, traque des biens mal acquis, récupération des « biens » de Karim, etc. Mais le sujet de la fraude, ils le fuiront. Même leurs fanatisés sont en train de chauffer leurs insultes.

Les commentaires sont fermés.