Le parti de Fada en marche…Il dénonce le dialogue national « arrangé » et les attaques contre l’OFNAC

Modou Diagne Fada a quitté le Parti Démocratique en créant son parti, les « LDR/Yeesal », entendez par là, Les Démocrates Réformateurs/yeesal. Et c’est de plain-pied que les partisans de Modou Diagne Fada ont abordé la situation politique national en dénonçant le lancement du Dialogue National qui, selon eux, a connu des couacs dans la distribution des cartons d’invitation notamment l’invitation tardive du Président Modou Diagne fada le jour du dialogue dans l’après-midi. Et les cadres dudit parti sous la houlette de la Fédération des Cadres Réformateurs (FCR), ont volé au secours de l’Office National de lutte contre la Fraude et la Corruption (OFNAC) qui a été attaquée après la diffusion de son rapport sur la mal gouvernance observée au Sénégal…

Dans un communiqué parvenu à la rédaction de xibaaru, les « LDR/Yeesal » présentent le nouveau visage de l’opposition Sénégalaise…Voici l’intégralité du communiqué des « LDR/Yeesal ».

COMMUNIQUE DE PRESSE

La Fédération des Cadres Réformateurs (FCR) s’est réunie ce vendredi  27 mai 2016 à sacré cœur à la cité Keur Gorgui aux fins d’examiner et se prononcer sur l’actualité nationale, en ses points suivants :

1-Information et bilan de l’assemblée générale constitutive du 07 mai 2016 sur la création du parti

2- situation politique nationale

Abordant le premier point de l’ordre du jour, les cadres réformateurs ont apprécié positivement l’organisation de l’AG, son déroulement et surtout la mobilisation exceptionnelle des militants et militantes venus des 45 départements, de la diaspora et ceux des différentes structures horizontales.

Les cadres se sont aussi félicités de la décision hautement politique et historique prise de créer un parti politique dénommé Les Démocrates Réformateurs/yeesal, en abrégé LDR/Yeesal, en adoptant ses éléments distinctifs et désignant le frère Modou DIAGNE FADA Président du parti.

Ils se réjouissent également de toutes les diligences qui ont été entreprises par le nouveau Président, en collaboration avec la Commission administrative du Comité d’organisation pour déposer la demande de reconnaissance du Parti à la  Préfecture du Département de Dakar, le 19 mai 2016 conformément aux dispositions légales en vigueur.

Examen de la  situation politique nationale 

Au chapitre du dialogue national lancé par le chef de l’Etat, la FCR, fortement attachée à la cohésion nationale et à la paix sociale dont-elle mesure l’importance pour le développement de notre pays, considère que dans une démocratie normale, le dialogue doit être érigé en règle et ne doit nullement constituer une exception.

Les cadres réformateurs regrettent les dysfonctionnements notés dans la distribution des cartons d’invitation notamment l’invitation tardive du Président Modou Diagne fada le jour du dialogue dans l’après-midi.

La FCR est pour un dialogue sincère et inclusif qui traite des questions d’intérêt national. Cependant, elle rejette toute forme de dialogue à des fins de compromissions.

Examinant le point relatif au rapport d’activité 2014-2015 de l’Office National de lutte contre la Fraude et la Corruption (OFNAC), la FCR estime, que les attaques ciblées de hautes autorités de l’Etat contre cette institution de la République dont le seul tort est de s’être acquittée convenablement de sa mission régalienne, sont inacceptables et dénuées de tout fondement juridique.

Les cadres réformateurs condamnent avec la dernière énergie ces tirs groupés contre l’OFNAC, saluent  à sa juste valeur la qualité du rapport, félicitent la présidente Nafi Ngom Keita et son équipe et lui témoignent leur soutien indéfectible.

L’assemblée des cadres réformateurs recommande au Chef de l’Etat, en lieu et place des vociférations de ses collaborateurs, de doter cette institution de promotion de la bonne  gouvernance de tous les moyens dont elle a besoin pour l’accomplissement de sa mission.

Au titre de la grève des syndicats, la FCR, soucieux du développement de notre pays, de la santé de nos concitoyens et du devenir de l’école sénégalaise s’indigne du  climat de confrontation qui prévaut entre le gouvernement et les acteurs sociaux, invite les parties à plus de retenu dans leurs actes et paroles et à des concessions mutuelles à fin de trouver des consensus forts sur les questions de la santé et de l’éducation pour le bien-être des populations.

Concernant la question de la fiscalité à l’Assemblée nationale, les cadres réformateurs, militants du civisme fiscal demandent à l’administration de l’Assemblée nationale de s’acquitter de ses obligations fiscales. Dans un pays comme le Sénégal, où les recettes fiscales constituent la principale ressource budgétaire les services assermentés en termes de recouvrement fiscal doivent faire preuve de rigueur dans la diligence des dossiers fiscaux.

En fin, Les cadres réformateurs, fidèles aux valeurs cardinales démocratiques et réformatrices, soucieux de l’intérêt supérieur de la nation, demandent à tous les frères et sœurs ainsi qu’aux sympathisants du parti « les Démocrates Réformateurs » à être équidistants des manœuvres politiciennes du pouvoir et de la naïveté d’une certaine frange de l’opposition pour consacrer tous leurs efforts et énergies à l’élaboration d’une nouvelle offre programmatique à fin d’abréger les souffrances des populations.

  Fait à Dakar le lundi 30 Mai 2016