Le Grand parti accuse Macky d’avoir fait de Karim un héros

Décidément le Grand Parti (GP) de Gakou a du mal à avaler la pilule de la libération de Karim Wade. Comme si c’était une gélule qui faisait vomir Gakou leader du GP pourtant réputé comme un des pourfendeurs de la Cour de répression de l’Enrichissement Illicite qui a condamné Karim Wade.

Maintenant le Grand parti raille le président Macky Sall à travers une lettre ouverte dans lequel, le président de la république est montré du doigt pour avoir fait de Karim un héros alors que ce dernier ne représentait rien, touss, nada…En somme pour le Grand Parti « Karim était zéro » et c’est « Macky qui a fait de lui un Héros »

Voici l’intégralité de la lettre ouverte…

Lettre ouverte au Président Macky Sall : Merci Président d’avoir ramené Karim Wade de zéro à Héros

« J’ai décidé de le libérer et je ne compte pas revenir sur ma décision », tels ont été les propos du Président Macky Sall devant le Khalife Général des mourides.

Des propos qui méritent applaudissements  car dignes d’un extrait d’une scène de théâtre populaire mais qui méritent aussi des remerciements.

Merci Monsieur le Président car les wolofs disent que « wathie daanou mo si guena gaaw ». Vous venez de lâcher  la phrase qui grattait votre langue depuis bientôt trois ans. Vous vous êtes très tôt rendus compte que l’emprisonnement de Karim Wade a été peut être la pire erreur que vous ayez commise

Merci Excellence de nous avoir tenu par le bout du nez pendant presque quatre années. Merci de nous avoir prouvé que la séparation des pouvoirs n’est que théorique au Sénégal sous votre magistère. C’est le palais qui donne les sentences pour ses éventuels adversaires politiques.

Merci Excellence d’avoir ouvert les yeux des sénégalais sur votre véritable identité et l’intention et la rancune que vous aviez sur Karim Wade.

Oui nous avions besoin avec la deuxième alternance, de la reddition des comptes afin que nos milliards que vous-même aviez déclaré disparus soient retrouvés. Mais nous ne vous avons jamais demandé de monter une cabale pour une seule personne en le présentant comme ennemi public numéro un, comme le voleur du siècle. Non, ce n’était pas à notre nom et l’aboutissement du processus nous l’a prouvé.

Monsieur le Président, vous avez emprisonné Karim Meissa  Wade à travers une cour qui hélas n’aura jamais sa légitimité car étant seulement destinée à assouvir votre soif de vengeance.

Aujourd’hui vous utilisez le dialogue national et les chefs religieux pour justifier  votre échec. Hommes religieux et coutumiers qui n’ont  jamais été d’accord avec votre démarche d’emprisonnement mais que vous aviez quand même royalement ignoré. Personne n’est dupe et comme tous les sénégalais, ces vénérés guides savent tout.

Merci Monsieur le Président de m’avoir fait aimer, admirer et respecter Karim Wade même si nous ne saurons sans doute jamais ce qu’il a fait ou n’a pas fait avec l’argent du contribuable sénégalais. Cet homme  a le mérite de vous avoir fait face jusqu’au bout. Il a résisté à la cabale de votre machine judiciaire, il vous a lancé le défi que vous ne prouverez jamais ce dont vous l’accusiez. Il a remporté haut la main ce défi. Aucun centime n’a été montré et  la montagne a accouché d’une souris. Aujourd’hui  quel que soit le nom ou les motifs que vous donnerez à sa libération, vous allez quand même le laisser libre.

Bravo à Karim pour votre courage et votre détermination. Bravo pour votre constance et votre endurance. Comme nous l’avait dit notre leader  du Grand Parti El Hadji Malick  Gakou après une des visites qu’il vous a rendues, vous êtes un homme courageux qui vit dignement son sort. Peu de gens s’attendaient à ce que vous restiez si zen en prison. Peu de gens s’attendaient à ce que vous n’utilisiez pas la santé pour vous sortir des geôles en bénéficiant d’une liberté provisoire pour raison médicale. Vous n’avez pas triché. Vous avez subi et vous avez prouvé que « Goor deug nga ». C’est maintenant que vous avez prouvé que vous méritez notre respect mais pas quand votre père voulait vous imposer à nous.

Maintenant cher Président, poursuivez votre logique. Si vous le libérez ne lui mettez aucune condition ni contrainte pour sa participation à toutes élections. Laissez-le vous affronter comme tout autre leader politique et cette fois ci si vous devez le détruire faites-le loyalement et légalement. Nous avons hâte de voir ce beau spectacle.

Aminata Linguère Walo Ndiaye

Membre du Grand Parti

ndiayaminata@gmail.com