Le DG de la SENELEC frappe encore à Sédhiou…Un ville sans électricité pendant près de 8 heures.

A chaque quand on aborde le problème des délestages, le DG de la Senelec, « Matar Courant » y voit des attaques personnelles des journalistes contre sa personne. Loin de verser dans une polémique due à des « on dit », xibaaru a décidé de reparler encore de ces délestages qui polluent l’environnement des populations du Sud plus précisément celles du PAKAO…
Est-ce vraiment normal qu’une ville comme Sédhiou soit privée de courant pendant plus de 07 heures ?
Que « Matar Courant » nous dise pourquoi Sédhiou est l’une des villes qui souffrent la plus de délestage ?
Notre correspondant de Sédhiou qui a toujours eu du mal à travailler pour cause de délestage, a eu toutes les difficultés pour nous faire parvenir un si petit texte qui explique néanmoins la très grande souffrance des populations du PAKAO…Suivez son billet
Délestage : Sédhiou privée du courant depuis plus de 7 heures !

Sédhiou renoue avec les délestages .Cette situation dure depuis plusieurs mois. Hier jeudi encore le courant est parti depuis 8 heures pour ne revenir que vers 16 heures. Ce délestage de plus d’une demi-journée a affecté plusieurs secteurs. Si la l’oisiveté s’impose aux journalistes, tailleurs, soudeurs métalliques…, les services administratifs fonctionnent au ralenti alors que les banques refusent du monde.
Ailleurs les restants de viande de la tabaski demeurent en souffrance au grand dam des ménages qui ne savent plus à quel réfrigérateur se fier.
A cela s’ajoute la défectuosité de l’éclairage public qui expose les populations à l’insécurité qui se manifeste par une série de cas de vols nocturne.
Interpelée sur la question, la mairie invoque des dysfonctionnements sur le réseau accentué par des orages qui ravagent le système d’installation vétuste de la SENELEC.
En effet sur toute l’étendue de la région, les poteaux en bois complétement pourris sont quasiment à terre ou dangereusement soutenus par des branches d’arbre.
Cette situation qui perdure encore inquiète les populations qui continuent de râler mais c’est comme si cette complainte tombe toujours dans l’oreille d’un sourd.

Sanoussy Dia à Sédhiou pour xibaaru.com