Le Crédit mutuel du Sénégal accusé dans une affaire d’héritage à Ziguinchor

Soumaïla Manga se bat contre le CMS à Ziguinchor pour récupérer l’héritage d’une orpheline.

Au moment où le crédit mutuel du Sénégal est secoué par la démission de son directeur général, un homme se bat tout seul contre la boîte du côté de Ziguinchor. L’affaire a atterri sur la table du commissaire de police pour mener l’enquête après une plainte déposée chez le procureur selon le plaignant. Monsieur SoumaïlaManga a contacté la rédaction de xibaaru pour informer l’opinion publique du contentieux qui l’oppose à l’institution financière.

Que se passe-t-il ?

Soumaïla Manga raconte que son cousin Mr Mendez qui vivait en France est décédé le 02 Janvier 2013 et a laissé au monde une seule fille et des biens immobiliers et financiers. « L’argent tiré de la location de l’immeuble du défunt est versé dans un compte bloqué ouvert au crédit mutuel du Sénégal, caisse de Escale à Ziguinchor » a souligné M.Manga. Après la mort de son cousin, l’homme s’est rapproché de la boîte pour voir comment la seule héritière pourrait bénéficier des biens de son père décédé mais depuis 3 ans « malgré le fait que les documents nécessaires ont été réunis, nous avons encore des difficultés pour transférer les biens de mon cousin à sa fille » a déclaré M. Manga. Mr Manga estime que la somme devrait tourner autour de 3 millions de FCFA.

« Au 15 Mars, c’était deux millions sept cent douze mille FCFA alors le taux d’intérêt est 6% »  Après plusieurs va-et-vient au niveau de la caisse, le plaignant s’est ouvert au directeur régional du CMS. Là aussi, aucune issue. Finalement la boîte aurait demandé à Soumaïla Manga d’attendre que la fille soit majeure et elle viendra elle-même s’occuper de ses biens. Mais M. Manga craint qu’avant l’âge majeur de la fille, que le compte entre dans ce qu’on appelle « les compte dormants » et si cela arrivait, la fille ne pourrait plus mettre la main sur ce compte.

C’est là que l’affaire a pris une autre tournure, l’homme a porté plainte au niveau du procureur qui aurait confié l’affaire au commissariat de police pour enquête. Il réclame le montant contenu dans le compte et un dédommagement à hauteur de 10 millions, somme estimée s’il y avait investissement A ce niveau aussi ça progresse avec un rythme jugé trop lent et incompréhensible selon toujours Soumaïla. De renvoi en renvoi, le plaignant n’est pas du tout rassuré et soupçonne quelque chose qui se tramerait sur son dos. Le dernier rendez-vous chez le commissaire était hier Mardi mais les rendez-vous se suivent et se ressemblent. Les deux parties sont toujours reçues séparément ce qui n’est pas du goût de la partie plaignante. Nos tentatives pour joindre le gérant de la caisse ou le directeur  régional sont restées vaines. Mais xibaaru suit de près cette affaire et promet d’y revenir.