Le complice de Karim Wade cité dans le plus gros scandale financier du siècle…Le fils de Gorgui dans la galère

Plusieurs africains ont été cité dans l’affaire dite « Panama papers » qui est une enquête planétaire réalisée par une centaine de journaux sur 11,5 millions de documents et qui a permis de révéler des avoirs dans les paradis fiscaux de 140 responsables politiques ou personnalités de premier plan. Plusieurs responsables africains sont cités, directement ou indirectement.

Mais le cas qui concerne le Sénégal est celui du complice de Karim Wade, pape Mamadou Pouye. Ce dernier qui a aussi un compte à Monaco est cité par plusieurs journaux comme étant le seul sénégalais proche de Karim à être impliqué dans ce scandale mondial…Xibaaru vous propose la correspondance d’un hebdo panafricain qui cite toutes les personnalités africaines impliquées…

Aucun chef d’État africain en exercice

Des responsables africains sont également cités, même si aucun chef d’État en exercice ne l’est personnellement. Seul l’ancien président soudanais, Amad Ali al-Mirghani, décédé en 2008, détenait des avoirs dans un paradis fiscal.

Des proches de président en exercice le sont en revanche. Parmi eux, on compte Clive Khulubuse Zuma, le neveu du président sud-africain Jacob Zuma, Mamadie Touré, la 4e épouse de l’ancien chef de l’État guinéen Lansana Conté (qui est déjà abondamment citée dans une affaire de corruption minière dans le Simandou), Mounir Majidi, le secrétaire particulier du roi du Maroc, Alaa Moubarak, le fils aîné de l’ancien président égyptien, mais aussi John Addo Kufuor, le fils aîné de l’ancien président ghanéen John Kufuour. Enfin, le banquier ivoirien Jean-Claude N’Da Ametchi, ancien proche du président Laurent Gbagbo et aujourd’hui proche de Charles Konan Banny, détient, selon les documents du ICIJ, des actifs dans une société offshore et un compte à Monaco.

Parmi les responsables politiques africains mentionnés figurent Jaynet Désirée Kabila Kyungu (députée et sœur jumelle du président de la RDC, Joseph Kabila), Abdeslam Bouchouareb (député et ministre algérien de l’Industrie et des Mines), José Maria Botelho de Vasconcelos (ministre angolais du Pétrole), Kalpana Rawal (vice-présidente de la Cour suprême du Kenya), Bruno Jean-Richard Itoua (ancien ministre de l’Energie et de l’Hydraulique et actuel ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation technique du Congo-Brazzaville), le général de brigade Emmanuel Ndahiro (directeur de l’agence rwandaise de renseignement de 2004 à 2011), et le Sénégalais Pape Mamadou Pouye. Arrêté en avril 2013 avec Karim Wade, il a été condamné à cinq ans pour complicité d’enrichissement illégal.

5 Comments

  1. où sont ces nihilistes qui criaient au scandale judiciaire et traitant de tous les noms d oiseaux la CREI. maintenant j espère qu ils vont arrêter de chialer et laisser la justice sénégalaise libre et indépendante faire son travail dans le respect des règles et normes qui régissent le bon fonctionnement des institutions de la république. Meme au international le délit d enrichissement illicite du sir Karim wade et cie , est manifeste.

  2. Encore une manipulation médiatique mort-née. Je disais la même chose, sous les rires des fanatisés lors des manipulations sur la récupération des « biens » de Karim et lors des manipulations sur la double nationalité.
    La nouvelle bulle de Panama Papers a pour source la fondation de Georges Soros, qui n’est plus à présenter au Sénégal, parce qu’affiché lors de son combat contre Wade. Soros avec son Open Society (Société Ouverte) œuvre pour faire de la terre un seul gouvernement, une seule religion, une seule culture, dirigé par Satan. Et c’est pour l’avènement de cette société mondiale qu’il finance des ONG qui, elles-mêmes, financent différents mouvements (Femen), manifestations (les printemps arabes et révolutions orages), guerres (Ukraine), rebellions (Congo), médias, etc.
    Ensuite un groupe de journalistes fut choisi pour l’exploitation des Panama Papers. Parmi ces journalistes, des proches de Bolloré. La base de données étant volumineuse, une méthode d’exploitation fut trouvée. Les journalistes choisissent des noms dans le monde (selon leurs préjugés ou que ces noms leurs sont offerts) et ils interrogent la base de données s’il y a traces de ces noms.
    C’est ce que le dirigeant du journal le Monde explique ici :
    https://youtu.be/KQ5W6iwALf4
    On comprend donc que les premiers noms de présidents soient Poutine et Bashar El Assad. Et ces derniers ne répondront pas à ces accusations. Ils connaissent trop le système pour se laisser distraire par ce dernier au moment où ils sont entrain de casser la gueule à son Etat Islamique en Syrie.
    On comprend aussi, ainsi, pourquoi nous n’aurons jamais des noms des dirigeants des USA et d’Israël, et même de tous ceux qui font partie de la direction de la mondialisation. Parce que les journalistes sélectionnés pour exploiter la base de données ne le feront pas, ou que de pareilles données y ont été extirpées (on se rappelle le cas Israël dans la base de données Wikileaks). Parce que les journalistes susceptibles de le faire n’ont pas droit d’accès à la base de données. Raisons évoquées : la protection de la source. On sait que la « source » Julien Assange est persécutée et réfugiée à l’ambassade d’Equateur. La source Bradley Manning est jugée et condamnée aux USA. Statut particulier pour sources bonnes pour le système, et statut autrement particulier pour sources mauvaises pour le système. La base de données Panama Papers sera donc exploitée dans le sens de l’orientation voulue par le système. Tout cela occulté, le système pourra répéter que le grand Assad qui joue les saints patriotes au point de s’opposer à leur destruction de son pays, n’est en fait qu’un fraudeur qui a des proches qui ouvrent des comptes à Panama. Raison suffisante (en subliminale) pour légitimer les bombardements et la destruction de son pays.
    Au niveau du Sénégal. La source de Soros et Bolloré nous livre deux « informations » : Pape Mamadou Pouye a ouvert des comptes dans le Paradis Fiscal qu’est Panama et Pape Mamadou Pouye est ami d’enfance de Karim Wade. D’abord, ces deux informations ne sont pas des scoops, et ensuite ces deux informations comportent un travail des journalistes de Soros hors de la base de données. Tout le monde admettra que ce n’est pas dans la base de données du cabinet FM qu’on trouvera, pour les besoins d’ouverture des comptes de Pape Mamadou Pouye, qu’il est ami d’enfance de Karim. C’est donc un travail hors de la base de données. Et de ce travail hors de la base de données ébauché hors du Sénégal, un journal local est chargé, en publiant un long texte, de faire le garnissage, de remplir les espaces vides. Il le fit en remplissant les espaces vides de milliards et en faisant la liaison avec Karim. Nous retenons quand même que ce journal avoue que la CREI a condamné sans avoir pu tracer. Et le journal jubile que lui il vient de mettre la main sur le jackpot de la découverte du siècle. La source des Panama Papers aura beau souligné qu’il y a des comptes en paradis fiscaux très légaux (porte ouverte pour leurs protégés), au niveau du Sénégal, pour l’urgent besoin de faire oublier 1 213 bureaux de vote fictifs, on s’en fiche. L’essentiel est qu’on puisse faire tourner que Pouye a ouvert des comptes en paradis, et qu’il est ami d’enfance de Karim.
    Mais ce que ce journal ne dira pas et qui permet de comprendre la mouton-isation des fanatisés, c’est que l’amitié d’enfance de Karim avec Pouye et les comptes en Paradis Fiscaux de ce derniers ont fait les unes des médias sénégalais durant les auditions et durant le procès. Il me revient (de mémoire) les titres, lors du procès, de « cours magistral de Pouye aux juges de la CREI sur les paradis fiscaux ». Au hasard, voici un exemple d’information dans ce sens lors du procès.
    http://www.leral.net/Proces-de-Karim-Wade-et-coaccuses-Pape-Mamadou-Pouye-refute-toutes-les-accusations-d-enrichissement-illicite_a123627.html
    Comptes dans les paradis fiscaux de Pouye ? Rien de nouveau sous le ciel sénégalais. Il l’avait assumé et expliqué de l’enquête au procès. Mais aussi cette procédure d’ouverture de compte dans les paradis fiscaux a été décrété tout ce qu’il y a de légal par Macky Sall. Comment ? Par la nomination d’Add Value Finance de son ami Abdoulaye Sylla, via son épouse Fatoumata Zohra Dème, comme administrateur provisoire d’AHS. Add Value Finance a un compte dans le Paradis Fiscal des Iles Vierges Britanniques (Man)
    http://xalimasn.com/accaparement-horrible-et-sans-scrupules-lahs-qui-se-base-aux-iles-vierges-britanniques-seme-le-bordel-dans-les-aeroports-du-senegal/
    http://www.seneplus.com/article/revelations-renversantes-sur-abdoulaye-sylla
    Et comment est-ce que du déjà traité par la CREI s’est-il retrouvé présenté comme un scoop, une découverte nouvelle ? Là est toute la manipulation. La manipulation procède par recyclage. Parce que le peuple est sensé avoir une mémoire courte, parce que le déluge de manipulations médiatiques de la mafia de presse doit avoir réussi, chaque jour, à faire oublier au peuple ce qu’il a vu hier. La réussite de la manipulation doit avoir poussé une partie du peuple à s’identifier à la manipulation, au mensonge. Il ne reste plus qu’à entretenir cette identification.
    Réveillons-nous avant qu’il ne soit trop tard. Et rendez-vous dans un ou deux mois pour le lancement d’une nouvelle manipulation.

  3. @ xeme
    Vous méritez une décoration au nom de la République pour tout le travail que vous êtes de faire pour ce Pays. chapeau!!!!!!les vrais patriotes vous en seront éternellement reconnaissant.

  4. Comment peut on laisser circuler des info fausses sans se donner la peine de vérifier. Cette info sur Pouye et Karime est apparue hier. Et tous les journaux se sont jetés dessus sans se donner la peine de contacter directement les grands journaux mondiaux qui ont mené cette longue enquête. Je suis allé sur le site du Monde et aucun nom de sénégalais n’est mentionnés. Je suis allé sur RFI la aussi aucun nom de sénégalais n’est mentionné. RFI est une radio réputée et bien informée. Le Sénégal est foutu. On est le peuple le plus naïf de l’Afrique de l’ouest et le plus manipulable. On peut légitimement se poser des question sur les capacités de notre pays à sortir du sous développement. Le développement nécessite avant tout un peuple bien instruit et capable de discernement. Ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui. Je suis sûre que ce mensonge va finir par être considéré comme vérité d’ici quelques mois. Un citoyen lambda ne peut contacter Le Monde pour vérifier. Mais le boulot des journalistes c’est d’aller à la vraie source d’information. Le journal Le Monde est francophone. Entre journaux francophone on peut bien coopérer. C’est ce qu’il faut faire au lieu de se contenter de diffuser des info venant de journaux qui n’ont participé à cette enquête mondiale. Faite votre boulot. On a besoin de savoir la vraie vérité.

  5. ALLER VERIFIER LE SITE DE FRANCE 24 ,MES CHERS DOUGOUROU (SAKADIOR,XEME,DEUG…)

Les commentaires sont fermés.