Le combat pour la destitution du leader de Rewmi enclenché…Idy n’est plus le bienvenu dans son propre parti

Après la saignée politique marquée par une série de démissions notées, le parti du président Idrissa Seck, risque de vivre un contexte aux allures d’une crise interne. En marge d’une assemble général constitutive, le député Omar Sarr a posé des actes forts pour destituer Idrissa Seck à la tête de leur formation politique.
Très remonté contre son mentor, le désormais ex fidèle compagnon de l’ancien Premier ministre compte, avec l’appui de certains responsables départementaux et communaux, procéder à un congrès pour élire un nouveau président pour diriger le Rewmi. Un mémorandum pour contester la légitimité d’Idrissa Seck vient d’être rendu public.
Sur les causes
L’ancien numéro 2 de Rewmi a d’emblée justifié l’objectif de ce referendum contenant des résolutions pour la refondation du parti. «Considérant les échecs récurrents que notre parti a connus depuis sa création à travers des consultations électorales qui relèvent inéluctablement des carences manifestent, des stratégies illusionniste du président du parti, M. Idrissa Seck», a expliqué l’ancien président du conseil départemental de Diourbel.
Qui avait à ses cotés la responsable des femmes de Rewmi de Podor, Oulimata Ly, des responsables de Mbacké, Diourbel, Fatick Gossas, Yenne et autres. Des anciens compagnons du président de Rewmi tels que le député Cheikh Tidiane Diouf, Waly Fall, ont fait le déplacement. Omar Sarr a, en outre, dénoncé une gestion solitaire du président Idrissa Seck l’accusant de rouler sa bande dans la farine.
Non sans «constater avec souffrance l’accaparement de l’appareil par une minorité de parvenus des militants occultes de la 25ém heures». Et Omar Sarr de souligner: «On considère aussi le manque de considération notoire manifesté par Mr Idrissa Seck à l’endroit des militants et responsables de bases de base qui n’ont jamais cessé de le dénoncer». Avant d’annoncer la tenue d’un congrès pour destituer Idrissa Seck.
Le responsable de Rewmi, qui réitère son ancrage dans le Rewmi, avertit qu’il «ne reconnait plus le leadership de M. Idrissa Seck jusqu’à l’organisation d’un congrès de refondation et de rectification». La marche vers l’Apr ? Relevant toute équivoque sur sa relation avec le président Macky Sall, Omar s’est voulu on ne peut plus clair.
«Ce que Macky et Idrissa Seck ont fait pour créer leur parti moi aussi je peux le faire. C’est-à- dire diriger ma propre formation politique. Je vous dis ceci: Macky Sall est mon ami de longue date et je sais bel et bien qu’il ne souhaite pas me voir dans son parti parce que c’est mon ami et je le sais», indique Omar Sarr.
Grand Place