Lansana Goudiaby : « Si on renonce à l’Indépendance comme cela, que vont devenir les combattants » (2ème partie)

Lansana Goudiaby, le secrétaire général du mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) de France et des sections européennes s’est entretenu avec xibaaru.com sur la situation de la Casamance et des questions nationales. Sans langue de bois, l’homme s’est lâché comme il peut pour donner son avis.
Xibaaru : Parlons à présent de développement, que vous inspire l’enclavement de la Casamance ?
L.Goudiaby : je déplore d’abord le fait qu’on ne parle plus de l’affaire du bateau le Joola. En plus la question du désenclavement reste entière…
Xibaaru : Mais, le Président Macky Sall est en train de faire des efforts dans ce sens, comment vous appréciez ses actions en faveur de la Casamance avec notamment l’arrivée des bateaux Aguène et Diambogne pour renforcer Aline Sitoé Diatta ?
L.Goudiaby : C’est trop peu pour calmer les uns et les autres. Mais au-delà du secteur du tourisme avec les mesures annoncées, je ne vois pas grand-chose. Les produits continuent de pourrir en Casamance faute d’écoulement à cause de l’enclavement de la région vis-à-vis des autres et à l’intérieur même de la région. Les rotations des bateaux sont insuffisantes pour parler vraiment de désenclavement. Il faut aussi dire que nous n’apprécions pas le fait que ces bateaux aillent à Foundiougne et non directement sur Dakar, je ne maitrise pas trop cette question mais je pense qu’on doit éclaircir l’opinion sur la question.
Xibaaru : Si l’état du Sénégal accède à vos revendications telles que vous les présentez, êtes-vous prêts à renoncer à l’indépendance ?
L.Goudiaby : L’avenir de la Casamance passe forcément par des négociations sérieuses et sincères entre toutes les parties prenantes. Si on renonce comme cela, que vont devenir les combattants qui sont dans la brousse depuis des années ? Ça n’a pas de sens. Encore une fois, les négociations sont une étape indispensable et c’est par là que l’avenir se décidera.
Xibaaru : Nous vous remercions
L.Goudiaby : C’est moi qui vous remercie, à bientôt.

1 Comment

  1. De quels combattants parlez vous? Parlez plutôt de bandits assoiffés de rackets. Quand on veut se battre pour son peuple casamançais on ne le tue pas, on ne le brome pas et on ne l’humilie pas. Tous les grands combattants de la liberté ne se comportent comme vous qui allez se réfugier à l’étranger. ..

Les commentaires sont fermés.