L’AIMM réclame le départ du commandant des Eaux et Forêts de Vélingara

Communiqué de presse
L’Association internationale pour Médina-Mary (AIMM) et ses partenaires s’indignent de la libération, sans jugement, par les Eaux et forêts de Vélingara, en accord avec le colonel Inspecteur régional des Eaux et forêts (IREF) de Kolda, de trafiquants de troncs d’arbres vers la Gambie, et la restitution du matériel de transport utilisé pour ce trafic, sur intervention du maire de Kandia.
En effet, dans le cadre de l’opération « Tolérance Zéro », décrétée par la plus haute autorité du pays, contre le trafic de troncs d’arbres vers la Gambie, des agents des Eaux et forêts de Vélingara ont mené une action, à Médina-Mary Cissé (commune de Kandia), dans la nuit du mardi 2 au mercredi 3 juin 2015. Bilan : deux délinquants interpelés, au moins quatre charrettes, chargées de troncs d’arbres, et une moto saisies.
Immédiatement, le maire de Kandia a joint au téléphone, le commandant, chef secteur des Eaux forêts de Vélingara pour demander la libération des individus, dont l’un était son neveux, âgé de plus de 18 ans, et l’autre, un habitant du village de Médina-Mary, époux de deux femmes.
Dès le lendemain, et en violation de toute norme, il a personnellement conduit des discussions avec les Eaux et forets. Résultat : vendredi 5 juin, les deux individus ont été libérés contre paiement d’une modique somme de 1.750.000 FCFA (un million sept cent cinquante mille francs CFA), et quatre charrettes restituées.
Or, la Loi 98/03 du 8 janvier 1998, et le décret 98/164 du 20 février 1998 sur le Code forestier du Sénégal, ordonnent, en leur Article L31, la confiscation des « matériels d’exploitation et de transport » de tout « bois provenant d’espèces protégées abattues ou récoltées sans autorisation ».
L’AIMM condamne les libérations, sans jugement des délinquants de la forêt, et la restitution du matériel de transport utilisés pour le trafic de troncs d’arbres vers la Gambie, comme signe d’encouragement aux délinquants de la forêt à poursuivre leurs activités.
Pour l’association, ces libérations sont un mauvais signal des Eaux et forêts, en direction des milliers de militaires et de gendarmes, mobilisés pour leur prêter mains fortes, afin d’endiguer le fléau.
De plus, de nombreux autres délinquants de la forêt interpelés dans les mêmes circonstances, attendent leur jugement dans des prisons, pendant que ceux interpelés à Médina-Mary Cissé ont recouvré la liberté, après quelques heures seulement de garde à vue, avec une facilité déconcertante. C’est une rupture de l’égalité des citoyens devant la loi, qu’aucun esprit épris de justice ne peut accepter.
Face à cette situation, l’AIMM réclame le départ immédiat du commandant chef secteur des Eaux et forêts de Vélingara, d’autant plus que ses relations avec le maire de Kandia sont un secret de polichinelle, au point que depuis près de trois mois, contrairement aux années passées, il y a eu moins d’actions des Eaux et forêts dans le terroir de Médina-Mary Cissé, connu de tous, comme étant l’un des points de passage des trafiquants de troncs de tout poil, vers la Gambie. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le maire de Kandia, seul des 14 maires de communes du département de Vélingara aussi régulier au service départemental des Eaux et forêts, intervienne dans des affaires de trafiquants de troncs d’arbres.
L’AIMM estime que la lutte pour la protection de la forêt n’est pas négociable, et qu’une personnalité investie de la force publique ne doit pas céder sous quelque pression que se soit à un homme politique, fut-il un ami et maire. Elle a ainsi demandé à son représentant à Médina-Mary Cissé, d’éviter jusqu’à nouvel ordre, tout contact avec les Eaux et forêts de Vélingara, pour ne pas être mêlé à des activités douteuses, jusqu’au départ de l’actuel commandant, chef secteur.
L’Association internationale pour Médina-Mary (AIMM)