L’Affaire Lamine Diack ouvre les yeux des Africains : Videz vos comptes des banques françaises BICIS et SGBS…

Tous les africains qui ont des biens et des avoirs logés dans les deux banques françaises qui sont au Sénégal doivent se dépêcher de vider leurs comptes et de les déposer dans des banques africaines. Ce n’est pas xibaaru qui l’a inventé mais un journal français qui passe pour être le canard le plus réseauté de la Françafrique…Il s’agit de la non moins célèbre « LETTRE DU CONTINENT »…
Ce journal payant vient de nous apprendre qu’il ne faut plus garder son argent dans les filiales de deux banques françaises qui sont au Sénégal et qui sont la SGBS et la BICIS. Car si un jour vous êtes poursuivis en France, tous vos avoirs risquent d’être gelés par ces deux banques. Et l’échappatoire serait de loger son argent dans des banques africaines qui foisonnent à Dakar.
Voici la preuve
Une preuve qui vient de ce journal français cité plus haut qui parle de l’affaire Lamine Diack. Voulant faire un buzz en enfonçant notre compatriote Massata Diack, le journal français a écrit dans un article intitulé « Massata Diack vide son compte à la SGBS » ce qui suit : « les filiales de BNP Paribas et de la société générale au Sénégal sont éclaboussées par l’affaire Lamine Diack. Son fils Massata Diack aurait déposé à la BICIS et à la SGBS de fortes sommes d’argent venant de la Russie avant de fermer ces comptes et de replacer l’argent dans d’autres banques détenues majoritairement par des africains. Ceci, dès l’entame de la procédure déclenchée contre son père. »
Ainsi les filiales françaises que sont la BICIS et la SGBS seraient moins protectrices que les banques africaines ?
En tout cas, la messe est dite ! Si vous possédez des comptes dans l’une de ces banques, vos avoirs sont à la merci des juges français et occidentaux. Il est alors préférable de loger ses comptes dans une banque africaine…
Cette affaire dite « Lamine Diack » commence vraiment à ouvrir les yeux des Africains. Et si Lamine Diack et son fils Massata étaient les précurseurs d’une nouvelle conscience africaine ?
Penda Sow pour xibaaru.com