La traque des biens invisibles de Karim se transforme en reddition des comptes inexistants

Maintenant on ne parle plus de traque des biens mal acquis ou d’enrichissement illicite mais de reddition des comptes. Hier le Secrétariat  Exécutif National (SEN) de l’Alliance Pour la République qui est l’instance suprême de l’APR a exhorté le président de la république à poursuivre, non pas la traque des biens mal acquis, mais la reddition des comptes qui fut une promesse électorale du candidat Macky Sall
La promesse électorale
La reddition des comptes était un engagement électoral. Tous les candidats à la présidentielle de 2012 s’étaient engagés à la reddition des comptes, une fois élus. Il était question de reddition des comptes dans le programme du président sortant, Abdoulaye Wade, comme dans celui du challenger Macky Sall de la coalition Benno Bokk Yaakar, au second tour.
La reddition des comptes sans comptes
Au lendemain de la victoire du candidat Macky, les faits prennent une autre tournure. La CREI est réactivée. Un premier président de la CREI, Mandiogou Ndiaye est nommé…Puis un second, Henry Grégoire Diop.
Karim est arrêté et jugé et condamné
Mais les poursuites contre Karim Wade sont faites dans le cadre de la traque des biens mal acquis…Ce qui est totalement différent de la Reddition des comptes.
La reddition des comptes est le fait de présenter les comptes dont on a été chargé…Alors que Karim n’a pas été jugé sur la gestion de son ministère, non plus dans la gestion de l’ANOCI. Il a été jugé pour enrichissement illicite avec des biens d’autrui, ceux de Bibo Bourgi. L’Etat du Sénégal n’a pas accusé un déficit de 69 milliards CFA, somme pour laquelle Karim est poursuivi. Donc c’est une reddition de quel compte ? Dans tout le procès, il n’a jamais été question de comptes publics…
Karim a été condamné dans le cadre de la reddition des (sans) comptes…C’est juste un règlement de comptes.

Penda Sow pour xibaaru.com