La trahison de Niasse a payé : Il est président de l’Assemblée jusqu’en 2017…Il a vendu son parti à Macky

Le père de L’AFP, Moustapha Niasse, devenu le larbin de l’APR depuis sa soumission totale à Macky Sall, a obtenu gain, de cause. Il vient d’être récompensé pour la destruction de son parti l’Alliance des forces de Progrès (AFP) porté sur les fonds baptismaux en 1999.
Les députés ont adopté, hier, la proposition de loi n°13/2015 modifiant la loi n°2002-20 du 15 mai 2002 modifiée portant règlement intérieur de l’Assemblée nationale, ramenant ainsi le mandat du président de l’institution à 5 ans. Au total, 142 ont voté en faveur de cette proposition, 4 contre et 4 autres se sont abstenus.
Et avec cette loi, Moustapha Niasse échappe aux stress des renouvellements annuels du bureau de l’Assemblée nationale institué par la loi Sada Ndiaye. Le motif invoqué par les députés de la majorité, c’est d’assurer « la stabilité de l’institution en modifiant le règlement intérieur de l’Assemblée nationale afin de faire coïncider la durée du mandat du président avec celle de la législature ».
Et pour les pourfendeurs de cette loi, les députés de la majorité voulait juste récompenser l’homme Moustapha Niasse qui a délibérément choisi Macky Sall comme le candidat de son parti l’AFP pour la prochaine élection présidentielle malgré la vive protestation d’une fronde devenue aujourd’hui constituée en parti politique.
Et que gagne l’AFP ?
Les intérêts de l’AFP se confondent avec ceux de Moustapha Niasse. Tout ce que gagne l’AFP, c’est lui qui le gagne. Et tout ce que perd l’AFP ne le concerne pas. Aujourd’hui avec le rétablissement du mandat du Président de l’Assemblée nationale à 5 ans, c’est lui seul qui gagne. Car c’est lui qui a vu son mandat modifié. Certes quelques députés de l’AFP seront présidents de commission mais le grand gagnant reste Moustapha Niasse qui va encore rempiler si Macky obtient un second mandat…Et à la longue, l’APF va se dissoudre dans l’APR pour n’en faire qu’un seul parti. Ce qui présage la fin prochaine de l’AFP. Et Malick Gackou, l’ancien n°2 de Niasse devenu aujourd’hui chef du « Grand Parti », l’a compris très tôt. Il a refusé de se faire Hara Kiri avec son ex mentor.
Mobel Sirah Ba pour xibaaru.com

1 Comment

  1. L’histoire retiendra cette farce sous la forme de: le mandat de président de l’Assemblée nationale a été ramené à 5 ans pour Moustapha Niass, mais Niass n’a jamais goûté au mandat de 5 ans. Par un abêtissement colossal, ils sont entrain de fixer de nouveaux sens aux mots.

Les commentaires sont fermés.