La puissance de Touba et Tivaouane…Des « citoyens ordinaires » à l’honneur

La récente médiation réussie des chefs religieux dans la résolution de la crise qui oppose l’Etat du Sénégal aux enseignants se doit d’être saluée. Car démontrant, si besoin en était encore, le rôle éminemment important que les acteurs religieux sénégalais aient historiquement joué, et continuent de jouer, dans la stabilité, l’apaisement social et la préservation des équilibres fondamentaux de notre pays. Toutefois, aussi importante que soit cette mission originelle reconnue aux acteurs confrériques, il n’en demeure pas moins que celle-ci se doive d’être revue et mieux contextualisée. Au vu surtout d’un certain nombre d’éléments et de faits qui, à défaut d’être mieux appréhendés, risquent même de décrédibiliser à terme l’institution religieuse et de l’empêcher de jouer, dans le futur, ce rôle dont le pays a tellement besoin.

Tant que cette médiation ne s’attaquera pas courageusement aux sources du mal profond qui gangrène l’école sénégalaise d’autres crises majeures, peut-être même plus graves, seront à prévoir. Et les mêmes « marabouts » d’être de nouveau rappelés, encore et encore, à la rescousse pour jouer, en catastrophe, les sapeurs-pompiers ou, pis, aux « médecins après la mort », comme l’on dit. Cette mort déjà programmée de l’école sénégalaise, atteinte d’un cancer en phase terminale et dont les derniers soubresauts bruyants et pathétiques ne sauraient être étouffés et réprimés par de simples compresses symboliques ou sparadraps religieux.

Mais le plus drôle c’est que, ce sont les «citoyens ordinaires», pour reprendre le mot du président, qui prennent les devants et montrent que même s’ils ne sont pas élus, ils ont une influence énorme sur les électeurs et sur les élus. Une situation à la fois heureuse et malheureuse. Heureuse, car, on savoure un «happy end», après avoir été si proche d’un déluge qui devrait être fatal pour une société déjà en crise. Malheureuse, si on constate que Macky n’est pas à une contradiction près. Et que cette prouesse de nos guides religieux, est aussi un échec cuisant des intellectuels, de la Société civile et de tout un système infesté par la recherche effrénée de profits individuels.

Xibaaru.com