L’A.DE.R liste les Scandales sous Macky…Le COUD et…Bictogo

RAPPORTS OFNAC ET ARMP : CHRONIQUE D’UN PILLAGE INDESCRIPTIBLE DU SENEGAL

Senghor a bâti une Nation, Abdou Diouf a construit un Etat, Me Wade a impulsé  le développement du Sénégal et on attendait de Macky avec l’application de son yoonu yokoute l’émergence !

Aujourd’hui. Le yokoute est familial, et à forte connotation neddo bandouique ! Macky est devenu un  démagogue sans parole, et un  complice assumé de vol de deniers publics.

Le PSE signifie désormais : Poukaré Sathie Eurtal !

Oui, les apparatchiks  de la république sont si riches qu’ils ne supportent plus les complaintes de leurs concitoyens qui les appellent à la raison !  Il est vrai que « La possession des richesses a des filets invisibles où le cœur se prend insensiblement »  a dit Bossuet !

Je n’en veux pour preuve que le scandale sans nom du COUD, que Macky a voulu éteindre coûte que coûte, en ajoutant malheureusement de l’huile sur le feu ! En effet, il faut vraiment avoir le cœur  bien pris  dans les filets de la richesse au point de perdre toute conscience, pour pouvoir sans états d’âme octroyer un salaire à un chauffeur décédé, d’un montant de 275 000 F CFA par mois, et ne verser  à sa famille éplorée que 56 000 FCFA des 550 000 F CFA qu’on aura eus le temps de décaisser, au moment où l’OFNAC levait ce lièvre.

Ce brave Directeur du COUD ne se sera pas arrêté en si bon chemin, si l’on parcourt le rapport de l’OFNAC. A travers ses subventions qui font l’objet du plus grand scandale, c’est « un montant   de 454 476 081 de francs CFA  qui aura été  accordé par le COUD à divers bénéficiaires en 2014 et 2015. Plus de 216 343 323 de francs CFA de subventions ont été accordées en 2014 et plus de 238 132 758 de francs CFA pour les huit 8 premiers mois de 2015 », c’est-à-dire au moment où avait eu lieu la mission de l’OFNAC, après la dénonciation.  «  Les vérificateurs ont constaté que, pour l’essentiel, ces subventions concernent des montants importants versés à des agents du COUD ou remis au Régisseur, sans précision de leur objet. De ce point de vue, ils font remarquer que les subventions, dans le principe, devraient être versées principalement à des personnes physiques ou morales extérieures au COUD » !

Saisi sans doute par une cupidité plus grande encore, car certainement sûr de son impunité, le Directeur du COUD poussera le bouchon plus loin encore, en ne s’embarrassant plus de  complices ou de prête-noms illégaux. Donc pour la suite, il se passera désormais de sortir ces sous en les « versant à des agents du COUD ».

Ainsi, « le montant des subventions sans bénéficiaires, d’après le grand livre comptable 2014, s’élève à 35 020 000 de  francs CFA. Elles ont été accordées par le Directeur entre le 1er et le 15 octobre 2014. L’Agent comptable n’a pu présenter les pièces justificatives à l’appui des paiements sans bénéficiaires, au nombre de quatre (4) :

  • le 1er octobre 2014: 8 800 000 FCFA ;
  • le 1eroctobre 2014 : 15 840 000 FCFA ;
  • le 15 octobre 2014 : 6 480 000 FCFA ;
  • le 15 octobre 2014 : 3 900 000 FCFA.

Les vérificateurs constatent que l’octroi de subventions sans identification formelle des bénéficiaires est injustifiable dans une gestion budgétaire transparente » !

En 2015, M. HANNE perdra définitivement tous ses scrupules, et profitera de la venue mouvementée de Macky à l’UCAD, encore une fois pour  « engager à titre de subvention pour la cérémonie » de visite de Macky 89 000 000 de francs CFA, qui auront servi entre autres, tenez-vous bien, à payer 100 costumes, 100 chemises, 100 cravates, et 100 paires de souliers ! Qui ferait mieux ?

Le clou de l’insolent mattey de M. HANN ? Il est ci dessous :

« La décision d’octroi de ces subventions est prise le 13 août 2015, alors que la cérémonie était prévue pour le 31 juillet 2015 ; il y a donc postériorité de la décision par rapport à l’évènement que les dépenses sont censées couvrir » !

Et comme consécration de la mal gestion et du pillage financier du COUD, aucune de ces subventions n’aurait été, comme précisé plus haut, « autorisée par le Conseil d’Administration ! »

Voilà l’homme que Macky a décidé de  couvrir, quoi qu’il lui en aura en coûté !

Quand on cherche à protéger un voleur pour qu’il échappe à la Justice, c’est parce qu’on est complice actif, ou passif de son vol. La réaction de Macy est si disproportionnée par rapport à cette affaire qu’il y a forcément anguille sous roche ! Car, si l’on sait que « La transmission du rapport au Procureur de la République dessaisit l’OFNAC », il n’y avait donc pas de quoi se précipiter en limogeant Nafi Ngom Keïta en catastrophe, d’autant plus que Macky qui a la haute main sur le parquet, pouvait valablement mettre ce rapport encore une fois sous le coude.

Mais le problème est que Nafi  Ngom Keïta envisageait de mener une enquête sur l’Affaire Petrotim, et cette fois-ci s’attaquer à la mal gouvernance dans la propre famille de Macky, à un niveau qui l’engageait plus directement encore que quelques centaines de millions. Sa décision ne peut être motivée que par cela : il a voulu couper le  « mal » à la racine, limoger Nafi Ngom Keita pour stopper l’enquête et l’éteindre avec son départ !

Quelle plus belle preuve de culpabilité pouvait-il offrir au peuple sénégalais ?

Macky ya niou béte bilay !

Seynabou Ndiaye Diakhaté a une mission à terminer : sera-t-elle avec le Droit et la Justice, ou se serait-elle entendue avec Macky à travers un gentleman agreement dont le socle sera l’enterrement de l’Affaire Petrotim, et  la victime collatérale  le peuple sénégalais, dépouillé de son pétrole ?

L’avenir nous édifiera !

Cette affaire ne doit pas être enterrée, comme on a cherché à tuer l’Affaire Arcelor Mittal, dont on nous a dit que l’argent avait fait l’objet d’une Loi des Finances Rectificative pour être intégrée dans le budget national. On nous a même expliqué qu’il servira à la construction des deux universités du Sine Saloum, et de Diamiadio dont le marché,  d’un coût de 50 milliards, a été donné encore au fameux  Bictogo 12-13 milliards, avec le maire de la Commune de Touba Mosquée !

Puisque l’argent est disponible depuis cette date, pourquoi ces deux universités sont-elles toujours à l’état de projets virtuels ? Et d’ailleurs, une nouvelle donne s’est ajoutée à ce dossier. Le Ministre de l’Enseignement supérieur vient d’annuler le contrat de l’entreprise adjudicataire du marché de construction de l’Université Sine Saloum !

Les marchés nationaux, voilà justement un autre domaine où Macky et ses affidés se sont tristement illustrés, en experts de la prévarication de nos ressources fort limitées.

En effet, le rapport 2014 de l’ARMP, « Le premier qui ausculte un aspect important de la gouvernance publique sous la présidence de Macky Sall », liste clairement tous les abus caractéristiques de la gouvernance économique du régime mackyen. Ils ont pour noms : « Fractionnements des marchés, pratiques collusives, marchés restreints illégaux, simulations de concurrence, entreprises adjudicataires inconnues, gré à gré » !

Et surtout, l’objet  de ces marchés  qui font l’objet de ces pratiques ignobles est loin de  la prise en charge des besoins de la population, quand l’on sait que l’essentiel de ces  DRP soit « 89%, sont des marchés  de fournitures et services ».

Pour l’année  2014, ces DRP  [composées à 89% de fournitures et services]  représentaient en nombre 81,07 %  des marchés passées par les multiples autorités contractantes, mais leur valeur totale ne représentait que 11,38 % des ressources financières dépensées en commande publique.

Tout le contraire des fameux marchés par entente directe, qui en nombre sont de 14,5 % mais représentent en valeur 80,26 % des ressources financières dépensées, soit, tenez-vous bien 536 225 814 848 de francs CFA !

Voilà une gouvernance sobre et vertueuse, qui cherche l’efficacité, et qui la cherche d’ailleurs avec tellement de détermination que deux ans avec Macky auront suffi à atteindre le taux de convergence communautaire de 20 % pour les marchés par entente directe ! Qu’en est-il en 2015, et qu’en sera-t-il en 2016 ?

Ajoutons-y  près de 650 milliards de  gracieuses remises fiscales, et le panorama  du mboumbay avec l’argent public sera complet.

Pendant ce temps, le secteur privé national  est exclu de  la commande publique, et Macky a définitivement rangé aux oubliettes sa décision d’en confier 15% à l’artisanat, pour la relancer et lui donner la place qui devrait lui revenir dans l’économie nationale.

Macky qui supporte de moins en moins leurs récriminations a d’ailleurs décidé d’intervenir pour reformer les chambres consulaires, à son goût.

Rappelons d’abord qu’il s’est illégalement ingéré dans le conflit entre feu le Président de la Chambre de commerce de Dakar et son challenger qui avait obtenu de la Cour suprême l’annulation pour irrégularité de son élection, en l’imposant à ce poste qu’il ne quittera que par la Justice divine. Et d’ailleurs, comme lui-même l’a dit, la question de son successeur sera étudiée !

Il y a ingérence donc,  dans la gestion des chambres consulaires ! Car Macky n’ignore certainement pas qu’ils sont élus. Mais, braqué contre elles par un groupe de mauvais perdants qui sont en train de le convaincre en ce sens, il semble de plus en plus décidé à supprimer les Chambres régionales, pour ne garder qu’une seule chambre de commerce nationale.

Curieuse gouvernance que celle de Macky, qui avance à reculons et de manière contradictoire ! Les chambres de commerce nationales n’existent que dans les pays dont le régime militarisé ou à tendance dictatorial, était adepte d’un centralisme fort.

En tant qu’initiateur de l’ACTE III  de la décentralisation qui est certes moribond, cette décision serait-elle un aveu qui démontre que la réelle volonté de Macky est de s’inscrire dans le sens de ces illustres dictateurs tropicaux ? En tout cas, rien que l’adoption d’un fichier électoral sans consensus et de manière unilatérale renseigne à suffisance sur les velléités  de tyran de l’homme !

Le peuple sénégalais paye son erreur. Laquelle ? Celle d’avoir jugé « une politique sur ses intentions » , en oubliant qui fut Macky : celui qui a malmené un policier pour voter sans CNI, celui qui a orchestré la scission de la CNTS avec les évènements sanglants de la Bourse du travail, celui qui a fomenté la plus lâche entreprise de disgrâce d’un adversaire politique, devant qui il s’était mis sans honte à genoux pour implorer son maintien dans « son » gouvernement, celui qui aura financé un journal avec un mercenaire amoral  dont la mission était d’injurier les honnêtes gens, et de donner de la consistance au fameux coup d’Etat rampant que Macky a inventé de toutes pièces.

Et maintenant que fait Macky ? Il s’arroge un fichier électoral taillé sur mesure pour son obèsique gourmandise pouvoiriste, afin de perpétuer son entreprise de prévarication de tout ce que le Sénégal compte de richesses de toutes natures, à la tête de notre pays.

Et il se permet de se mettre en colère, contre ceux qui combattent ses actes sans élégance, commis avec une insolence qui n’a d’égale que sa petite envergure morale  d’homme sans honneur. En effet, un homme d’honneur « dit ce qu’il croit et fait ce qu’il dit », avait rappelé Victor Hugo !

 » Il n’est pas permis de s’emporter contre la vérité  » a dit Platon.

Macky ne connait malheureusement pas d’autre vérité que la sienne propre. Et cette vérité a été forgée en lui depuis fort bien longtemps. C’est la vérité du lâche envieux méchant qui veut parvenir, et ne reculera devant rien pour atteindre son objectif.

C’est la vérité, pour conclure, de ceux qui disent, parce qu’ils le croient et surtout parce qu’ils sont  prêts à tout, que « la fin justifie les moyens » !

Heureusement que le peuple sénégalais a les moyens de mettre fin à toutes les tentatives des paltoquets ayant des envies de dictature bien exacerbées par une dame qui se rêve en reine !

Cissé Kane NDAO

Président A.DE.R